Actualités

Throwback Thursday - L'Orient avec saint Charbel.

FR - 16/07/2020

Juillet 2014 ! Pour leur troisième mission, les volontaires de SOS Chrétiens d’Orient sont retournés en Irak. En voici le récit. Retrouvez l'intégralité des photos en bas de ce texte.


 

Jour 1

Une partie des membres de la mission « l'Orient avec saint Charbel » s'est envolée hier en direction du Liban, première étape du périple qui les conduira au plus près des chrétiens victimes des persécutions les plus atroces en Irak. L'actualité brûlante ne pouvait qu'aviver leur ferme volonté d'aller au plus près de nos frères orientaux qui souffrent mais aussi d'ancrer cette mission au plus profond de l'inspiration de l'ermite libanais.

A 5h ce matin, ils embarquaient à Amman, après une longue nuit de transit marquée pour la plupart par le premier contact avec le monde oriental. Sans doute ne se doutaient-ils pas qu'ils connaitraient une première journée intense, pour inaugurer leur mission : à 8h, après quelques complications à la frontière libanaise, les volontaires s'installaient dans une voiture en direction d'Annaya.

Annaya se perche au sommet d'un paysage montagneux sublime qui monte depuis Byblos jusqu'à l'ermitage de saint Charbel : la route est chrétienne et parsemée des affiches à la gloire de saint Charbel, saint Maron ou encore sainte Rafqa.

La foule était importante : ce dimanche 20 juillet, c'est tout le Liban qui fête le saint que l'Eglise lui a désigné comme étant l'incarnation de la belle foi maronite. Des familles en nombre, de jeunes couples partageant ce moment d'identité chrétienne, des moines maronites et une...équipe de jeunes français vinrent emplire une église en émoi pour chanter les louanges du saint.

Emoi d'autant plus palpable que les chrétiens libanais éprouvent et redoutent les évènements actuels au Proche-Orient. Dans l'homélie, mention fût faite des déclarations récentes de Mgr Sako, patriarche chaldéen résidant à Bagdad, mais également de la dangerosité de la vacuité de la présidence pour cause de mésentente des chrétiens, sans oublier le fléau d'Isis. A chaque entrée du monastère, gardes privés et soldats de l'armée libanaise étaient sous tension.

sos chretiens orient liban sanctuaire annaya mission orient avec saint charbelPourtant ce fût bien la foi qui l'emporta et avec elle, sans doute, la mission de SOS Chrétiens d'Orient. Les maronites libanais s'assemblaient pour exprimer l'espérance en Dieu et en un saint particulièrement vénéré. Le musée abritant ses reliques n'a pas désempli de la journée. Les fidèles s'y procurant de l'huile sainte suintant du cercueil de Charbel, un peu d'eau bénite, et plaquant des pièces de monnaie sur la vitre de la salle où repose son cercueil. Une vénération saisissante qui fait sans doute toute la vigueur de la foi libanaise.

Et une superbe inspiration pour les volontaires qui en contemplant la vallée se préparent déjà à l'émouvante rencontre avec les familles irakiennes récemment chassées de Mossoul. Ils ne purent qu'y ressentir avec plus de force le bel élan de prière qui s'est associé à la neuvaine à saint Charbel lancée par l'association. Avec lui, ils parviendront à assister au mieux ceux qui aujourd'hui crient aux Français la nécessité de se souvenir du lien charnel qui unit notre pays à la chrétienté orientale.


Jour 2 et 3 : Notre Dame du Liban et les réfugiés syriens de Zahlé.

Nous descendons la route pentue et brumeuse d'Annaya vers Jbail. Là, les merveilles d'une ville bordée par la mer et héritière de plusieurs civilisations nous attendent.
sos chretiens orient liban cathedrale saint marcCe passage au Liban de « l'Orient avec saint Charbel » est l'occasion pour nos bénévoles de découvrir plus avant la chrétienté maronite et notamment la très belle cathédrale saint Jean-Marc. Jbail possède aussi les vestiges d'un superbe château autrefois bâti par les templiers. Là encore la mémoire rencontre l'action de l'association et les volontaires vont à la découverte d'un héritage fort, détenu par la chrétienté orientale.

Mais la journée est loin d'être terminée. Après les merveilles de dévotion approchées à Annaya, les bénévoles finissent par s'engouffrer dans un bus cahotant sur la route de Jounieh, qui va de Jbail à Beyrouth, afin de découvrir enfin le village d'Harissa et Notre-Dame-du-Liban. Dans ce sanctuaire, des Libanais de conditions et d'âges divers sont présents. De riches Libanais côtoient des employés de maison, montant au rythme de leurs prières les mêmes marches conduisant à la statue, priant avec ferveur en touchant son socle.

Nos quatre cierges déposés au départ étaient là pour représenter tous ceux qui ont participé à notre neuvaine ou qui continuent de prier pour nous. Peut-être étaient-ils également pour ces Libanaises expatriées qui nous expliquent l'importance pour elles de notre démarche et leur prise de conscience. Elles affirment en effet tenir davantage à la transmission de la foi dans l'éducation de leurs enfants et mettent en avant l'importance de la solidarité au sein de la communauté orientale.

***

Le sommeil ne fût pas de trop pour les bénévoles qui se réveillèrent à l'aube d'une journée particulièrement forte. SOS chrétiens d'Orient se rendait en effet à la rencontre de l'évêché grec catholique de Zahlé dans la Bekaa. Mgr Darwish accueillit les bénévoles avec une bonhommie et une franchise remarquables. Sa jeune équipe de coordinateurs de l'aide social avait organisé une véritable course contre la montre afin que « l'Orient avec saint Charbel » puisse à la fois découvrir la magnifique cathédrale et aller à la rencontre des familles syriennes réfugiées dans la ville.

sos chretiens orient liban familles refugiees syriennesL'étendu du travail à faire sur place est tellement importante qu'une amie de l'association ayant rejoint les bénévoles a été missionnée pour retourner faire un rapport des conditions de vie de ces familles. Leurs révélations sont édifiantes : les familles chrétiennes seraient interdites d'inscription et donc privées d'aide auprès de l'ONU dans la région. Celle-ci ne soutenant que les réfugiés musulmans. Et pourtant ces familles syriennes vivent entassées dans des pièces peu salubres, avec une électricité chancelante et des loyers exorbitants pour leurs moyens.

Les images de maisons dévastées et le récit des violences subies par leurs proches glace quelque instant nos bénévoles. Fort heureusement, leur départ est égayé par quelques jeunes jouant à la marelle aux alentours et auxquelles se mêlent deux bénévoles heureuses de retomber en enfance. Un moment simple, beaucoup de sourires, et encore un exemple de la priorité du contact humain et concret afin de retisser un lien solide entre l France et les chrétiens d'Orient. Nos volontaires rejoignent Armel, qui organisa encore quelques belles rencontres qui devaient émailler les heures à venir.


 

Jour 5

L'équipe de volontaires de « l'Orient avec saint Charbel » est désormais au complet pour sa mission en IrakEt fort heureusement car cette cinquième journée de présence auprès des chrétiens orientaux devait être forte en rencontres. Elle commença tout d'abord par une longue discussion des bénévoles n'ayant jamais été en Irak avec notre guide afin de mieux comprendre les réalités complexes qui se font jour en Mésopotamie : place et histoire du Kurdistan, migrations des communautés chrétiennes, situation politique de l'Irak.

sos chretiens orient irak volontaires manifestationUne présentation qui arriva fort à propos puisque quelques instants plus tard, l'équipe de SOS chrétiens d'Orient se joignait aux communautés chrétiennes réfugiées à Erbil pour manifester devant l'antenne des Nations Unies. Leur slogan était évocateur : WE WILL STAY, UN, UN TAKE ACTION. Les volontaires purent aussi lire sur les banderoles : « ne laissez pas la civilisation mourir sur la terre où elle a commencé. »

A l'occasion de ce rassemblement, des dignitaires musulmans irakiens se joignirent aux manifestants pour dénoncer les horreurs commises par l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL). La mission « l'Orient avec saint Charbel » pût ainsi rencontrer un couple émigré de Mossoul décrivant avec amertume le son des pick-up ayant défilé dans la ville pour annoncer le programme des islamistes : que les chrétiens s'en aillent en laissant leurs biens, qu'ils se convertissent ou qu'ils payent l'impôt spécial aux musulmans de la ville.

Partout des récits évoquent les voitures volées par les barrages islamistes, l'argent dérobé au point que certains n'avaient plus même de quoi prendre un taxi, la disparition des objets, des souvenirs. Mais le comble du dénuement n'était cependant pas là.

sos chretiens orient irak camp deplaces mossoulQuelques instants après la fin de la manifestation, les volontaires purent visiter un camp de réfugiés de Mossoul et Tikrit dans la région d'Erbil. Si les autorités kurdes semblent faire leur maximum pour assurer l'ordre du camp, les tentes s'y dressent tout de même par centaines sous une chaleur atteignant les cinquante degrés. Des familles s'y entassent provenant de l'ensemble des zones irakiennes actuellement occupées ou sous le feu de l'EIIL. Le quotidien est une désolation avec des jeunes sans jeu, et doutant de l'avenir.

Nos bénévoles purent donner un moment de chaleur aux enfants en partageant danses, chansons et amusements avec les petites filles notamment. Quelques conversations permirent de saisir les drames vécus par les populations déplacées en Irak. Mieux, un enfant dont l'hospitalisation devenait urgente pût être accompagné par les volontaires jusqu'à une ambulance. Les six volontaires de « l'Orient avec saint Charbel » seront bientôt de retour dans le camp. L'occasion de retrouver ces sourires enfantins qui font parfois oublier la douleur extrême de ces familles.


Jour 6

Nous avons passé la matinée chez les commerçants d'Erbil afin d'acheter des plaques de cuisson à gaz pour le camp de réfugiés visité la veille. Après plusieurs heures de comparaisons et d'âpres négociations, nous finissons par obtenir un bon prix qui nous permet d'en acquérir 210.

Après une rapide collation, nous reprenons la route afin de rendre visite au monastère syriaque orthodoxe de Mar Matti, dans la région de Ninive, où nous avions passé le Triduum pascal. Ce monastère accueille actuellement de nombreux réfugiés que nous souhaitons aider. Les points de contrôle sont particulièrement nombreux sur la route aujourd'hui. Lors d'un nouveau barrage, les soldats kurdes ne laissent passer aucun véhicule et ordonnent de faire demi-tour. En réponse à nos interrogations, l'un d'eux nous expliquent que les autorités kurdes craignent une offensive de l'Etat islamique à l'occasion des fêtes de la fin du ramadan. La route de Qaraqosh et de la plaine de Ninive nous est donc aujourd'hui fermée. L'attente au point de contrôle pour reprendre la direction d'Erbil est interminable, sous une chaleur de plomb (46 degrés à l'ombre), car les réfugiés continuent d'affluer depuis les territoires contrôlés par l'Etat islamique.

De retour à Erbil-Ainkawa, nous nous rendons à l'église syriaque orthodoxe d'Oum Mour qui accueillent de nombreux réfugiés. La paroisse s'occupe actuellement de 340 familles arrivées récemment de Mossoul, dont 28 sont encore actuellement logées dans le sous-sol de l'église. Les autres ont pu être relogées, souvent de manière très sommaire (10 familles par maison en moyenne). Nous discutons longuement avec le prêtre afin d'évaluer les besoins des réfugiés, avant d'échanger avec les jeunes gens habitant dans le sous-sol.


Jour 7

sos chretiens orient irak mission orient avec saint charbel deplacesNos bénévoles ont commencé leur journée en apportant des denrées alimentaires aux réfugiés de l'église d'Oum Nour, visités la veille. Pendant le déchargement, une partie des bénévoles en a profité pour jouer avec quelques enfants présents, parfois timides mais heureux de s'éloigner un instant des inquiétudes des adultes.

Les bénévoles sont ensuite retournés chez le commerçant d'Erbil pour la réception des 225 plaques de cuisson, qu'il a fallu compter et charger dans une camionnette conduite par un chauffeur kurde. Après les différentes négociations, ils ont enfin pu les apporter au camp de réfugiés. En deux jours, nos bénévoles ont pu constater l'apparition de nombreuses nouvelles tentes et l'amoncellement de déchets plastiques éparpillés par le vent.

sos chretiens orient irak camp de deplaces mossoul volontaires dechargent gaziniereLes cuisinières sont déchargées à l'arrière du camp et seront réparties entre les différentes familles par les autorités, afin d'éviter les tensions palpables lors des distributions. Nos bénévoles ont également laissé quelques jouets pour les enfants qui se sont précipités vers la tente à la vue des petites voitures et des poupées. Les bénévoles quittent le camp heureux de voir sourire ces enfants si chaleureux et attachants.

La journée est déjà bien entamée lorsque nos bénévoles se rendent dans la plaine de Ninive. A une vingtaine kilomètre de Mossoul, ils sont invités à déjeuner dans la famille de leur chauffeur. Ils font la connaissance de ses 4 enfants, son beau-père et des cousins, dont le petit Charbel. Ce déjeuner est l'occasion de témoignages forts, notamment de la part de sa fille de 13 ans, décidée à rester dans leur maison plutôt que de fuir à Erbil. Son fils aîné est quant à lui « prêt à se défendre ».

Après cette magnifique rencontre, les bénévoles ont visité la grande église du village et fait la connaissance du prêtre autour d'un thé, inquiet du départ d'un grand nombre de ses fidèles, et qui organise lui-même la défense du village.

A la sortie du village, ils ont pu se recueillir dans le sanctuaire de sainte-Barbe, puis visiter l'église de Bartella.