Actualités

Le Liban fête la Sainte Rafqa !

News - 23/03/2019

Sainte Rafqa naît en 1832 à Himlaya dans les environs de Beyrouth. Baptisée sous le prénom de Boutrossieh, elle est la fille de Mourad Rayess et de Rafqa Gemayel, originaires de Bikfaya.

Alors qu’elle n’a que sept ans, elle perd sa mère et quitte la maison familiale. C’est en l’honneur de sa très chère mère qu’elle prend le nom de Rafqa, au moment de son entrée dans l’Ordre libanais maronite.

Rafqa a connu le Liban de la moitié du XIXème siècle, le Liban des « guerres de la montagne », opposant, jusqu’en 1860 les druzes aux maronites. Durant les affrontements, elle sauve un enfant que des combattants druzes voulaient tuer en le cachant sous les plis de son vêtement.

Avant d’intégrer l’Ordre libanais maronite en 1871, Rafqa entre dans la congrégation des servantes de Marie à partir de 1859. C’est alors qu’elle est moniale dans cet ordre qu’elle demande à Dieu, en 1885, le jour du Grand Rosaire, de lui permettre de participer à la passion de son fils. A partir de ce moment, Rafqa commence à souffrir de douleurs dans le crâne, puis à l’œil, et dans tout le corps. En 1899, Rafqa est devenue complètement aveugle. La tuberculose osseuse ravage tout son être. Elle s’éteint le 23 mars 1914 au terme d’une dernière agonie.

En ce début de printemps, en ce jour de la fête de Sainte Rafqa, nous demandons à la sainte de « veiller sur ceux qui connaissent la souffrance, en particulier sur les peuples du Proche-Orient confrontés à la spirale destructrice de la violence », à l’instar de saint Jean-Paul II lors de la canonisation de la sainte le 10 juin 2001.