Actualités

Urgence Noël : 12 jours pour une église, 12 jours pour un Noël, rien qu’un simple Noël.

News - 13/12/2018

« Ce matin je me lève, encore fatigué de mon travail de la veille. Nous sommes le 13 décembre, un froid mordant couvre Duhok. Le jour s’est levé, l’Irak, elle, dort. Mais moi non, et mon église, elle, s’éveille. Il me faut peu de temps pour franchir les abords terreux de Mar Mariam, levant les yeux sur le soleil éclatant, qui ne suffira pourtant pas à faire oublier les gels de décembre. Je salue mes camarades, ceux avec qui je travaille tous les jours depuis maintenant près d’un an. Une poignée de main suffit, il est déjà temps de se mettre au travail. Douze jours, voilà l’échéance qui nous est donnée. La route est encore longue, incertaine, mais chaque jour sous nos yeux se dégage un peu plus l’image du fruit de notre ouvrage : Une église. Et bientôt la nôtre.

Mon nom est Evan, j’ai 28 ans. Syriaque Orthodoxe, comme beaucoup des ouvriers ici, je me souviens sans mal du jour où j’ai su que ce rêve d’avoir une église reposait en partie entre mes mains, que je pouvais contribuer à cet espoir, ce projet, venir travailler ici comme d’autres de mes frères. Cette image ne m’a jamais plus quittée depuis, celle d’un Noël avec ma communauté, dans une église qui me ressemble, une église qui m’accepte.

Pas à pas je progresse, je passe la porte de fer forgée un sourire aux lèvres. Je sourie car c’est là le premier ornement que nous ayons pu mettre, une simple porte. Elle est sobre pourtant, mais elle est belle, et mon doigt vient sur ses deux motifs de croix enlacées. Aussitôt que je passe la porte, l’odeur de peinture vient envahir mes narines. L’odeur d’un service presque accompli, l’odeur de notre dur travail à tous. Retentit dans mon dos le sifflotement d’un autre ouvrier, et je baisse les yeux sur le sol. C’est ce brun si terne et amer qui vient me tirer de ma rêverie, me ramener sur terre. Il n’y a déjà plus de temps pour penser. Ce terreau, c’est tout ce que de mes seules mains il me reste à couvrir. Nous ne sommes pas assez, malheureusement, et le temps, lui, passe bien trop vite. Douze jours, c’est tout ce qui me reste, à moi et à ma famille. Douze jours pour une église, douze jours pour un Noël, rien qu’un simple Noël.

Alors, le front penché, les manches relevées, je m’accroupie, et je prie. Car c’est Dieu qui nous accordera les moyens de terminer cette église. »

Le salaire d’un ouvrier supplémentaire par jour est de 160 euros. Faites un don pour aider les ouvriers à terminer l’église dans les temps !

 

Faites un don

 

#4 - "Ces dernières semaines vont être dures et intenses mais nous sommes prêts." : https://bit.ly/2EvjgSR

#3 - Direct reconstruction : https://bit.ly/2AGjJ01

#2 - Bande annonce du projet : https://bit.ly/2ziRTat

#1 - Présentation du projet : https://bit.ly/2Tr9ipB