Actualités

Liban - Les Soeurs chrétiennes du village musulman d'Hermel.

News - 15/10/2021

Par un après-midi ensoleillé après la sacro-sainte sieste des Libanais, les volontaires ont visité les Sœurs de la Congrégation des Petites sœurs de Jésus, fondée par sœur Magdeleine Hutin selon l’inspiration du Bienheureux Charles de Foucauld. 


Sur la route, serrée à l'arrière d’un vieux taxi libanais, entre les secousses et les points de contrôle, je découvre la ville d’Hermel, au pied des montagnes, dans la plaine de la Bekaa.

A travers les vitres à demi baissées, j'aperçois des voitures en contre-sens, arrêtées sur le bas-côté par manque d'essence, des hommes avec des fusils, des drapeaux du Hezbollah volants au vent, des femmes en "hijab". Une odeur de poubelle mélangée à l’essence flotte dans l'air. Cela ne fait que quelques jours que je suis au Liban et je l’avoue cette ville est dépaysante. Une certaine crainte me traverse l'esprit, car je ne me sens pas dans un milieu familier et paisible... 

Empruntant des rues exiguës, le taxi pénètre au cœur de la ville. Je m’accroche à mon siège pour ne pas m'écrouler sur mes voisins alors que nous passons devant une mosquée imposante. Au terme d’un trajet chaotique, le taxi s'arrête enfin devant le portail du monastère. A première vue, la bâtisse sur la droite me paraît banale, mais la croix, la seule croix de la ville, surplombant Hermel et la plaine de la Bekaa, dresse le décor. Je me sens tout de suite apaisée. La croix est le premier signe qui m’est familier depuis une dizaine de minutes. 

Le monastère est petit. Entourant deux bâtiments contigus, se tient un grand terrain où poussent des plants d’oliviers, des vignes et d’autres fruits et légumes. Au loin, se détachent les montagnes de l’Anti-Liban. Un paysage magnifique s’offre à nos yeux alors que les rayons du soleil jouent avec les reliefs.

Une sœur habillée de bleu, un voile légèrement de travers, se tenant sur le pas de la porte nous invite à entrer. Notre chauffeur de taxi la salue respectueusement avant de reprendre la route. Nous prenons place sur les canapés décorant une pièce assez petite, faite en terre battue, repeinte en blanc il y a peu, comme l'attestent les récents coups de pinceaux. 

sos chretiens orient liban soeur hermelDeux sœurs jusque-là affairées aux activités quotidiennes, l’une au jardin, l’autre à la cuisine nous rejoignent bientôt.

Le monastère d’Hermel abrite actuellement Sœur Anne-Chantal, Sœur Monique et Sœur Daad, respectivement suisse, française et libanaise. La plus âgée, Sœur Anne-Chantal, la suisse, est la plus ancienne de la communauté. Sur son visage serein se lit son histoire. Les deux autres, un peu plus jeunes, affichent un sourire qui illumine leurs visages. Sœur Monique, la française, cherche ses mots, hésite, réfléchit, se reprend... elle a tout l’air d’une libanaise maintenant ! Je ne peux m’empêcher d’esquisser des sourires discrets.

Sœur Daad est libanaise. Telle une maman elle s’occupe de nous, nous sert et nous ressert dès que nous avons terminé. Malgré la situation délicate au Liban, elles nous reçoivent comme des rois.

A leur arrivée dans le village, elles ne connaissaient rien et pour certaines ne parlaient même pas la langue du pays. Tout était à faire et à découvrir. De leurs mains et avec courage et persévérance, elles se sont fait une place dans la communauté des chrétiens, apprenant les us et coutumes libanaises avec attention. Par des gestes, elles se sont fait comprendre, par leur bonne volonté et leurs actions elles se sont fait aimer, par leur courage et leur sainteté, elles se sont fait respectées. 

Grâce à leur résilience et à force de prières, elles font aujourd’hui parties des murs de la ville !

Sœur Monique rapporte son vécu lors de l’invasion de Daesh, dans un récit empli d’un sentiment indescriptible, peut-être un mélange de peur et de gratitude.

« Le maire nous a accueilli chez lui quelque temps pour nous protéger. Alors que les chrétiens fuyaient Hermel et que nos voisins musulmans veillaient sur le monastère, nous nous sommes questionnés sur notre avenir sur place. La réponse s’est imposée à nous. Aucun des habitants musulmans de notre chère ville ne voulait nous voir partir. Alors nous sommes restées. »

Profondément attachées aux familles, elles ont à cœur d’être des témoins de l’Amour incommensurable du Christ. Ainsi, elles remplissent pleinement leur vocation de missionnaire car comme le disait leur fondatrice, elles s’attachent à vivre « une vie … contemplative mêlée au monde musulman pour y rendre présent le Seigneur … et y porter au-delà des secours matériels, la certitude de son Amour ».

Un silence s’installe, nous laissant méditatifs.

« Nous ne pouvons pas toujours assister à la messe quotidiennement par manque de moyen financier et de véhicule », poursuit Sœur Daad, un regret brisant sa voix. Alors, quand le Père Eliane de Qaa ne peut leur apporter la Sainte Eucharistie, elles font du stop pour la recevoir dans les villages voisins. Qui peut comprendre une telle volonté de recevoir le Christ si ce ne sont les chrétiens ?

sos chretiens orient liban eglise des soeurs du monastere hermelAprès plusieurs pâtisseries et cafés, les sœurs nous invitent à visiter leur lieu de vie. Dans l'église très épurée, entre les icônes du Christ et de la Vierge, nous nous prenons à chanter en chœur un « Je vous salue marie » en français et en arabe, en action de grâces. Un moment hors du temps dont la réalité nous tire bien trop tôt. 

Je suis les Sœurs dans leur exploitation où poussent des vignes, des fruits et légumes et des olives. 

Malgré leur âge avancé, celles-ci sont assidues aux tâches quotidiennes : arrosage, jardinage, ... L’an passé, avec l’aide de leurs amis, elles ont récolté 700 kg d’olives. 

Très prochainement, des volontaires se relaieront sur place pour réaliser cette tâche, qu’elles ne peuvent pas faire seule. 

En plus des travaux quotidiens au monastère, Sœur Daad et Sœur Monique travaillent dans des dispensaires dans la ville et les villages voisins, dans des maisons de retraite, dans des laiteries et autres commerces pour soutenir les populations et subvenir à leurs besoins. Le don de soi, dont elles font preuve chaque jour, pousse à l’admiration et à la réflexion !

sos chretiens orient liban soeur monastere hermelPour clôturer la visite, nous nous asseyons avec sœur Monique et sœur Daad face aux montagnes. Quant à sœur Anne-Chantal, elle ne perd pas de temps et à l’aide de sa canne, s'appuyant sur un poteau mal fixé, manquant de tomber par deux fois, elle s'acharne à arroser les fleurs entourant le monastère. Elle refuse notre aide lorsque nous lui proposons. Avec un petit pincement au cœur, je me résigne à l’observer, celle-ci mettant tout son cœur et son énergie à l'ouvrage.

Un bruit de klaxon vient nous rappeler la réalité ! Notre chauffeur est de retour. 

Saluant les sœurs, nous les assurons de nos prières et de notre soutien. Nous leurs proposons de les visiter régulièrement. Ce qu’elles acceptent avec joie.

Je retiens de cette visite aux sœurs d’Hermel, la générosité de leurs actes, l’humilité à travers leurs paroles, la simplicité de leur accueil. Je me suis sentie comme chez moi ! Elles sont le symbole vivant des valeurs chrétiennes.

La foi des sœurs rayonne autant que le soleil libanais sur la plaine de Bekaa. Elles sont le phare de la ville d’Hermel.

Marie, volontaire au Liban.