Actualités

Egypte - A l'encre de nos rêves.

News - 15/07/2021

Chaque été, les volontaires de SOS Chrétiens d’Orient en Égypte donnent des cours de français dans une église copte au centre du Caire, « The Church of the Great Martyr St Philopater Mercurius ». Nous vous proposons d'assister aujourd'hui à l'un de ces cours.


Il est 9h du matin, le Uber nous a déposé à l'heure. Pour une fois il ne s'est pas perdu dans les rues escarpées du Caire.

Nous nous présentons devant le grand portail de métal noir qui sépare la rue bruyante de ce petit havre de paix. À la porte, trois hommes veillent sur les entrées et sorties, ils nous connaissent bien et nous saluent.

Tout droit, puis à gauche dans le préau, à nouveau à droite et trois étages à monter ! Ce chemin nous le connaissons bien, et pour cause, nous le faisons deux fois par semaine. Comme chaque fois, un monsieur se précipite pour nous ouvrir l'ascenseur.

Cette fois c'est la bonne ! Nous voilà arrivés devant nos classes. Dans la première, tout de suite à gauche, vous retrouvez les élèves qui maîtrisent le moins bien le français ; les cours sont donc dispensés en franco-arabe en présence d'un traducteur. Dans la pièce adossée à celle-ci, les cours sont donnés en franco-anglais pour des niveaux intermédiaires. Dans le couloir de droite, les élèves suivent des cours intégralement en français !

À leur arrivée ici, tous les élèves réalisent un test afin de déterminer leur niveau. Mais il est fréquent que des élèves changent de groupe lorsque l'on s'aperçoit que leurs progrès sont suffisantsk. Les classes sont composées d'élèves d'âges très variés, certains ont jusqu'à 16 ans alors que d'autres n'en ont que 8.

Le but de cette école n'est pas tant d'apprendre le français que d’élargir les connaissances des élèves sur la culture française et occidentale. Le directeur tient à ce que ses élèves soient ouverts au monde en maîtrisant des langues étrangères : une aubaine pour leur futur.

D'ailleurs le voici qui arrive pour nous saluer. Il aime discuter avec nous avant le début des cours. Il en profite aussi pour rencontrer les nouveaux volontaires et donner à chacun une bouteille d'eau et un croissant au chocolat.

sos chretiens orient egypte volontaire et enfants egyptiens cours de francais église copte caireLes cours commencent : les élèves sont attentifs pour la plupart. Issus des rares familles de classe moyenne d’Égypte, ils ont de quoi se nourrir, se vêtir, et vivre correctement mais ils restent très conscients de la chance qui est la leur de pouvoir assister à des cours de soutien que financent leurs parents. Car en effet, si les volontaires sont bénévoles, les cours, eux, ne sont pas gratuits puisqu'il faut entretenir les locaux et rémunérer le personnel.

Dans la première classe, une volontaire reprend les bases. La majorité des élèves a quelques connaissances, mais d’autres n’ont jamais vu l’alphabet ou les chiffres. Alors il faut repartir de zéro.... encore ... pour permettre à chacun de suivre. Très différent de l'arabe, l'alphabet français est particulièrement compliqué à assimiler. Mais nous sommes optimistes ! Avec le temps et quelques leçons bien organisées ils réussissent tous à repérer les lettres.

sos chretiens orient egypte cours de francais église copte caireLes sons sont parfois compliqués à retenir, comme le « p » ou le « ai ». Ils ne comprennent pas toujours pourquoi nous utilisons des lettres différentes pour le même son et se demandent pourquoi les sons « eau » et « au » ne s’écrivent pas tout simplement « o ». En plus de la difficulté liée à la langue, il en est une autre liée à l'âge que nous devons apprendre à gérer. Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage. Souvent très jeunes, ils de déconcentrent facilement. Nous devons donc trouver un moyen ludique de capter leur attention pendant 2 heures.

Aujourd'hui ils revoient les couleurs, les jours de la semaine ainsi que les chiffres. Alors nous nous lançons dans le jeu du pendu. Ainsi, nous faisons d'une pierre deux coups ! Ils apprennent quelques mots sur le corps humain « tête, épaule, main, jambe, pied » et d’autres sur la leçon du jour. La séance est bien plus joyeuse comme ça qu’avec une liste indigeste.

Pour ma part, j’anime le cours du second groupe. Mes élèves communiquent beaucoup en anglais car, dans leurs écoles respectives, ils ont l'habitude d’entendre et de s’exprimer dans la langue de Shakespeare. Quand un mot ne leur vient pas naturellement en français, ils finissent rapidement par nous l’expliquer en anglais.

Aujourd'hui Kevin nous présente un exposé sur Napoléon, personnage populaire tant en France qu'en Égypte. L’exercice est difficile pour lui car il doit s’exprimer face à la classe, dans une langue qu’il ne maîtrise pas et dont il a copié coller les mots sans les comprendre.

sos chretiens orient egypte enfant egytpien recoit cours de francais église copte caireAprès avoir repérée les points d’achoppements, je prends le temps d’expliquer patiemment le sens des mots et tire de ses erreurs le sujet de la leçon. Il a visiblement du mal avec les temps, il y a fort à parier qu'il ne soit pas le seul.

Alors j'improvise un petit exercice de conjugaison. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ils sont tous volontaires pour passer au tableau. La semaine prochaine, je leur ferais faire une dictée, avec du vocabulaire qu’ils connaissent, pour les entraîner à bien écouter la tournure des phrases, la prononciation, ou encore l’intonation utilisée.

Dans le couloir à côté, les élèves ont, le plus souvent, un excellent niveau de français. Très investis, ils apprennent déjà le présent de l’indicatif, l’imparfait, le futur simple et même le passé composé ! Régulièrement, nous les confrontons à l’exercice de la compréhension orale, pour les habituer à entendre du français. Si l’exercice est un peu compliqué à cause du manque de vocabulaire, ils ne rechignent pas à la tâche même s’ils trouvent que les français parlent trop vite !

Au bout de plusieurs écoutes, chacun explique ce qu’il a compris afin de restituer la conversation dans son entièreté.

Dans la voiture du retour, nous partageons nos impressions. Nous sommes touchés par l'implication des élèves. Ils sont là pour apprendre, pour s’instruire, ils y mettent tout leur cœur et ne donnent pas le sentiment de faire une corvée !

Pour nous volontaires, c’est un bonheur de les voir repartir avec des nouvelles connaissances. Nous nous sentons utiles sur le long terme.

Romy et Foulques, volontaires en Egypte.