Actualités

Syrie – « J'ai réalisé mon rêve de petit garçon : rencontrer les chrétiens d’Orient. »

News - 22/04/2021

Suite à une première expérience avec SOS Chrétiens d’Orient au Liban durant l’année 2017-2018, un sentiment de mission inachevée m’a poussé à repartir. J’ai maintenant 21 ans, et suis sur le point de commencer ma vie. Revivre cette expérience est essentiel car elle me permettra de me consolider et de me faire grandir. L’ayant déjà vécu, je sais que j’en ressortirai plus fort et plus sûr de mes choix.

Je suis curieux de découvrir le peuple syrien, heureux de retrouver la culture ainsi que les coutumes orientales et leur mode de vie, mais aussi de voir de plus près et de comprendre, à travers leurs témoignages, tout ce par quoi ils sont passés pendant la guerre. En tant que chrétien, je veux par cette seconde mission, terminer celle que je m’étais assigné il y a quelques années : donner ce que j’ai reçu et grâce à eux réussir à me connaître davantage.

sos chretiens orient figaro syrie libanÀ peine suis-je arrivé sur le sol syrien que mes yeux pétillent à nouveau devant la beauté des paysages orientaux. J’y retrouve le climat aride qui m’avait séduit dans la plaine de la Bekaa au Liban, ces étendues de roches et de terres rouges dans lesquelles des herbes sèches s’élèvent. Pour le moment, je retrouve le même spectacle de la nature et je m’émerveille comme au premier jour. Pendant plusieurs heures, je traverse ainsi en voiture la Syrie du sud au nord. Une première escale à Damas me fait découvrir ce pays, que je ne connais que de réputation. Je me retrouve face à la destruction et aux conséquences terribles de la guerre. Je suis surpris devant ces ruines, mais je vais vite m’y habituer car d’autres m’attendent tout le long de mon trajet de 4h pour rejoindre Alep.

Si je suis ici, c’est bien pour ça : reconstruire à la fois les cœurs et les maisons, venir en aide à ces familles qui ont connu la guerre, montrer que moi, jeune occidental, je suis avec eux et je les soutiens.

Comme les Libanais, les Syriens ont un très grand sens de l’accueil, de la générosité et de l'attention. Ils sont un exemple vivant du message du Christ. Ils ont vécu des années tragiques mais ils ont gardé espoir par la prière et aujourd’hui, leur courage et leur foi se lit sur leur visage.

sos chretiens orient syrie alep en ruinesA Alep, les chemins que nous empruntons sont jonchés de gravats et de ferrailles. Les trottoirs sont cachés sous des monceaux de débris poussiéreux et les maisons ne sont plus que des tas de pierres. Un spectacle impressionnant qui nous met face à la misère de ce pays et de son peuple. La réalité est là, devant nos yeux. Par les donations, nous espérons faire retrouver le sourire aux familles, leur faire comprendre qu’elles ne sont pas seules et que des prières les accompagnent au-delà des mers. Par les chantiers, nous voulons redresser les bâtiments, rebâtir tous ces quartiers et les rendre habitable pour que les rires des enfants les emplissent à nouveau. Car si les cœurs seront à jamais blessés par cette guerre, un lieu de vie reconstruit fera peut-être oublier momentanément certains maux ou du moins redonnera espoir.

sos chretiens orient syrie chantier reconstruction ecole amal alepLe premier chantier auquel je participe est celui de l'école Amal dans la périphérie d’Alep. Les ouvriers qui y travaillent sont grandement étonnés de voir ces petits frenchys débarquer avec pelle et sacs en toile de jute pour leur porter main forte, toute proportion gardée. De notre côté, nous prenons comme un honneur le fait de pouvoir les rencontrer et travailler à leurs côtés. Je suis tout de suite plongé dans le bain. Des images d’une guerre que je n’ai pourtant jamais connue me viennent à l’esprit en regardant le terrain.

Des barils, des briques, des pneus, des sacs de sable composent des barricades aux ouvertures de chaque immeuble encore debout, des bus renversés en guise de protection, des cratères d’obus sur les terrains de football de l’école ainsi que des carcasses de chars d’assaut laissées sur les routes.

En déblayant les différents étages d’un bâtiment, nous séparons les pierres des déchets pour ramasser la terre. Nous y trouvons des douilles également, entre deux cahiers ou des feuilles de cours presque intactes. Une image imprimée de la très Sainte Vierge Marie s’est même glissée dans les décombres.


sos chretiens orient syrie volontaire visite personne agee alep« Arriverais-je à être séparé de ma famille pendant de nombreuses années sans pouvoir voir un seul membre de temps en temps ? » Je ne crois pas. Alors que je remplis un nouveau sac de terre, je me pose cette question car c’est ici le cas pour beaucoup. Certains sont séparés depuis des années de leurs enfants ou petits-enfants, parfois de leurs frères et de leurs sœurs, ou même de leur mari ou de leur femme. En les rencontrant et en écoutant leurs témoignages, je comprends que notre mission est de les soutenir, d’être présent, de ne pas les laisser seuls.

Il y a 3 ans, je me suis souvenu que rencontrer ces chrétiens d’Orient figurait comme le rêve du petit garçon que j’étais quand on me parlait d’eux. Ces chrétiens qui gardaient une foi sans faille dans les épreuves les plus difficiles. J’ai réalisé ce rêve et aujourd’hui je le revis une nouvelle fois en apportant une petite pierre à la reconstruction d’une maison de famille, en faisant sourire un enfant lorsque je lui tends un nouveau jeu, en donnant des colis alimentaires à des familles pauvres ou encore en parlant avec les Syriens autour d'une tasse de café ou de thé qu’ils ont préparé spécialement pour nous.

Ces rencontres nous font réaliser que notre vie doit entièrement être guidée par la générosité, l’espoir et l’ouverture à l’autre. Des principes que je m’emploie à appliquer quotidiennement.

Aubert, volontaire en Syrie.