Actualités

Egypte - Les volontaires dans le silence du Carême à Anafora.

News - 25/03/2021

« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, et ton prochain comme toi-même. »

Loin du Caire, les volontaires de SOS Chrétiens d'Orient se sont retirés dans le silence du monastère d’Anafora pour quelques jours de retraite.

Lorsque l’on quitte la capitale égyptienne, le sable et la rocaille s’étendent à perte de vue. Les autoroutes traversent un paysage désertique, à l’aspect lunaire. Quelques affaires au fond du sac, un chapelet et nos meilleures résolutions de retraites en tête, nous voilà partis pour deux jours hors du temps.

Anafora, nom mystérieux, aux consonances secrètes, que l’on nous a vendu comme un petit paradis terrestre.

sos chretiens orient egypte monastere anafora residenceDès que le haut portail en fer est franchi, nous ouvrons les rideaux du bus et découvrons avec émerveillement la verdure et les fleurs qui égayent les allées du lieu. Nous nous voyons remettre une clé, celle de nos chambres. Après avoir longé une piscine à l’eau fraîche, attrayante sous ce soleil, nous accédons à nos chambrettes meublées simplement de lits, de fauteuils, de tapis et coussins colorés, si luxueuses comparées à notre appartement cairote. Le calme, qui y règne, fait plaisir à nos oreilles maltraitées quotidiennement par la pollution sonore égyptienne. Le repos du soir sera des plus réparateurs.

Pour l’heure, il s’agit de visiter le reste de ce site exceptionnel. Fondé en 1990 par Monseigneur Amba Thomas, évêque copte orthodoxe, qui l’a rêvé pendant des années, il s’étend sur une centaine d’hectares de terrains cultivables. Ici, les sœurs et les voyageurs de passage vivent en autosuffisance. Tout ce que l’on consomme est produit sur place et le buffet des repas en est une parfaite illustration : légumes et fruits frais, œufs, confitures ou même thés et tisanes sont locaux. Des ateliers de bougies, de tapis, de cosmétiques et de crochet permettent aussi d’alimenter la boutique d’Anafora. Une bibliothèque abritant de nombreux ouvrages dans plusieurs langues vient parfaire le savoir de chacun, tandis que les plus curieux peuvent admirer des autruches (et même un oeuf fraîchement pondu) dans les enclos de la ferme.

sos chretiens orient egypte eglise monastere anaforaSur la place principale, vous trouvez l’église, érigée en forme de croix. Le sol est recouvert de tapis colorés, l’autel est en bonne place. Deux offices y rythment les journées : la messe copte aux aurores et la prière du soir. Les chants, l’encens, la lueur des bougies y font monter nos prières vers le ciel, dans une atmosphère sereine.

Dans les allées, on croise quelques religieuses et de rares moines vêtus de noir, des groupes de visiteurs d’Europe du Nord en quête de sérénité, des ouvriers agricoles… Les familles avec enfants, les étudiants et même les touristes sont accueillis avec bienveillance. Chacun peut venir le temps qu’il le souhaite pour se reposer, réfléchir, se ressourcer…

Petite particularité, dans ce monastère, on laisse sa religion à l’entrée. Ici, tous sont les bienvenus : chrétiens, musulmans, touristes ou visiteurs en quête de repos et de tranquillité, dans un esprit de partage. Chacun est considéré d’abord comme un être humain. Cet esprit oecuménique répond au commandement divin « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, et ton prochain comme toi-même. »

sos chretiens orient egypte volontaire en retraite a anaforaPour nous aider à goûter cette paix, le Père Ambroise, de la Fraternité Saint Vincent Ferrier, de passage au Caire, nous prêche quelques enseignements sur le temps de Carême. Dans une grande salle fraîche, au cœur de la maison, nous écoutons religieusement le sens de ce temps de préparation aux rachats de nos péchés par le Christ. Le but essentiel est de se préparer à la fête de Pâques, la résurrection du Christ. C'est une manière concrète pour nous chrétiens de nous unir à Jésus-Christ, qui lui-même a jeûné quarante jours dans le désert pour se préparer à sa mission, celle de sa mort et de sa résurrection. Chacun prépare son cœur à Pâques : « Memento, homo, quod pulvis es, et in pulverem reverteris. »

Après un dîner copieux, aux chandelles, nous nous dispersons dans l’enceinte pour dire la prière du soir ou réciter le chapelet sous les étoiles, qui brillent dans le ciel. Les Ave montent en rythme vers la voûte céleste illuminée, tandis que nos esprits s’apaisent dans ce silence envoûtant.

sos chretiens orient egypte volontaires prient eglise anaforaLe lendemain nous retrouve pour une messe matinale, selon le rit dominicain. Dans l'église copte, les prières traditionnelles et les chants religieux en français résonnent. Preuve ultime de notre lien avec les chrétiens d’Orient. Les coptes nous écoutent chanter « Tu es là présent livré pour nous », dans la lumière du matin. Une douce quiétude nous envahit. On apprend à se détacher du superflu pour le nécessaire.

Dans ce lieu dont le nom signifie « élévation », nous avons tenté de nous élever, loin de notre quotidien si rapide et si matérialiste. Un dernier enseignement, un dernier chapelet sous les palmiers, une tisane sous les étoiles et c’est déjà la fin de notre retraite.

Partage, paix et simplicité sont les trois mots que je retiendrai de ce séjour express, que j’espère pouvoir un jour renouveler.

Inès, volontaire en Egypte.