Actualités

Les civils irakiens pris dans un étau de violence.

News - 17/02/2021

Le Grand Carême démarrait ce lundi 15 février chez les Chrétiens de tradition orientale de rit byzantin. Mais dès hier soir, les chrétiens d’Irak qui n’ont pas renoncé à l’espérance, dans l’attente de la visite du Pape François, ont encore dû subir dans l’angoisse de violentes frappes aveugles.

Sanstitre 706637En effet, des roquettes se sont abattues sur Erbil. Etaient visées des installations militaires de la Coalition, particulièrement américaines, situées dans le périmètre de l’Aéroport International d’Erbil.

Nos contacts nous ont fait part, dès les premières minutes de cette attaque, de la chute « accidentelle » de roquettes sur des zones civiles, pavillonnaires. Mon compagnon de séquestration, avec qui nous sommes passés ensemble par tant d’épreuves, m’écrivait ce matin : « Ce n’est pas tombé loin de ma maison, nous prierons avec la Pape ».

Une fois de plus, ce sont les civils irakiens, les chrétiens, les arabes et les kurdes, les musulmans, chiites comme sunnites, les yézidis qui sont touchés sans distinction, pris dans cet étau de violence qui ne fait que se resserrer.

Depuis des mois, via la réactivation de ses nombreuses cellules dormantes, Daesh reste une menace dans ce pays, comme en Syrie. S’y ajoutent maintenant les frappes de missiles et de roquettes contre les installations ou les convois US. Si elles sont quasi quotidiennes en Irak, elles étaient jusqu’à il y a peu, des actes encore isolés au Kurdistan.

Malheureusement, ces derniers mois, ces actions sesont intensifiées. Des milices chiites poussent les forces de la Coalition, engagées dans l’Opération Inherent Resolve contre Daesh, à quitter le sol irakien. Elles poursuivent cet objectif, y compris dans le Gouvernorat du Kurdistan. Au-delà des actions menées, dans les zones disputées de la Plaine de Ninive, Erbil, la capitale de la région autonome, fait figure désormais de cible prioritaire.

De plus, depuis le 14 février, la Turquie a lancé « Claw Eagle 2 » (Serre d’Aigle 2), une énième phase de ses opérations contre le PKK (le Parti des Travailleurs du Kurdistan) dont les combattants trouvent refuge dans leurs sanctuaires des montagnes à la frontière entre Irak et Turquie.

Lesdites opérations, qui visent à priver la guérilla du PKK de ses bases arrières, frappent en réalité depuis des années les villages, les zones de pâturage, de culture, d’élevage, de la frontière syrienne à la frontière iranienne. En l’occurrence, il s’agit d’une bande de 200 km de long sur plus de 30 km de profondeur. L’essentiel des frappes se concentre sur une zone qui s’étend de Sinjar au mont Qandil.

bombardements turcs irakLes vallées de la Sapna et de la Nahla, les chaînes de la Matina et de la Gara, où se nichent de nombreux villages chrétiens, sont prises pour cibles des frappes aériennes turques. Les paysans, les éleveurs, les producteurs sont les victimes collatérales de ces frappes. La stratégie de la guérilla du PKK est de trouver refuge à proximité des villages, d’exiger de leurs habitants qu’ils fournissent vivres, gîtes, abris. Quand les services de renseignement turcs (MIT) ont connaissance des positions, les frappes surviennent avec une réactivité foudroyante.

Les bombes frappent sans discernement véhicules, routes, églises, maisons, champs, vergers, troupeaux, ... De nombreux projets agricoles, d’irrigation, de formation, de restauration de bâtiments publics et religieux que SOS Chrétiens d’Orient soutient se voient ainsi menacés. Les chrétiens en Irak sont moins de 200 000, ils étaient 1 200 000 en 1987.

Les ingérences contribuent à menacer la survie de cette fragile communauté. Ce matin, un ami fidèle de l’association nous écrivait, alors que je lui demandais des nouvelles de sa famille, qui habite un des sept villages assyriens de la Vallée de la Nahla :

« Nous avons appris à vivre avec le fracas des bombes ».

Antoine Brochon, Responsable Sûreté et Sécurité.