Actualités

Carnet de bord en Syrie #7 – Les arts musicaux et plastiques se jouent et se dessinent à Alep.

News - 26/11/2020

Entre les donations et les visites sur les chantiers de reconstruction, les volontaires de SOS Chrétiens d’Orient ne cessent d’arpenter les rues d’Alep. Aujourd’hui, je vous propose de m'accompagner dans les locaux de l’association, situés dans le quartier de Suleymanieh, pour y suivre les cours de musique et d’art dispensés respectivement à 77 et 45 enfants aleppins. 

Je suis toujours heureuse de venir travailler, tellement l’ambiance est incroyable, à la fois studieuse et joyeuse. A peine la grille passée, mes oreilles sont charmées par le son de la flûte, du piano, et du violon, par les airs enthousiasmants de Mozart ou les balades de Chopin. Je m’installe au bureau et prépare l’ordinateur que je sors péniblement du sac à dos. 

sos chretiens orient syrie cours de musique a alepA travers des auteurs internationaux ou de l’ombre, je redécouvre la musique classique qui me berce alors que je retouche des photos et rédige des textes. Dans les salles de classe qui m’entourent, adultes et enfants pratiquent, sans relâche, un instrument de musique. Qui sait ? Peut-être que l’un d’entre eux deviendra un nouveau Chopin. Ils sont jeunes mais talentueux, et admirent les doigts agiles de leurs aînés. Lorsque je me penche, je les aperçois à travers la fenêtre. Je vois leurs visages concentrés et leurs yeux qui ne se détournent pas de leur partition, même si, de temps à autre, un regard est échangé avec le professeur dont ils cherchent l’admiration. Chacun joue une partition différente mais toutes les sonorités se marient parfaitement. Les notes s'envolent, traversent les murs et se réagencent en une ligne de blanches et de noires rythmée par les croches, les rondes et les triolets.

Le souffle de la flûte accompagne mon arrivée. Je travaille au son du violon, je bois mon café au rythme de la guitare et je repars en admirant les nouvelles œuvres imaginées en cours d’art-plastiques.  

sos chretiens orient syrie enfants alepins cours art plastique au centre de sosIci, l’imagination des enfants est débordante. Régulièrement j’ai la chance de voir leurs nouveaux chefs-d’œuvre. Ainsi, grâce à leurs peintures, leur pastelle ou même leur dessin aux crayons, je voyage à travers la savane avec le lion, je me promène dans les champs de blé au milieu des papillons et parfois encore je suis au Cirque avec le clown. Je suis impressionnée car je serais bien incapable de faire ce qu’ils font, et pourtant cela me donne envie d’essayer.  

A l'étage, au-dessus de moi, un groupe d'enfants exerce une activité qui résonne moins que les touches du piano, mais dont l'importance n'est pas moins évidente pour leur développement. On ne les entend pas, mais ils sont là, en train de clamer les quelques mots de français que leur dicte patiemment leur professeur. Lorsqu’ils ont fini, pas besoin de regarder sa montre pour deviner l’heure. Vers 18h ou 19h, selon les jours, j’entends des petites jambes qui dévalent les escaliers à toute allure.

Le silence qui s'était installé à la fin des cours de musique est brutalement interrompu par leurs rires et leur joie de rentrer chez eux. Les plus gourmands sortent leur goûter de leur sac à dos, pendant que les plus pressés et courageux se targuent d’un « au revoir » en passant la porte. Quelques minutes pendant lesquelles je me rappelle mes propres sorties scolaires ! Je suis un peu nostalgique de cette époque et de cette innocence.  

Le silence se fait de nouveau. Les enfants sont maintenant dans les bras de leurs parents. Certains montent de leur voiture ou en taxi, d'autres partent à pieds. Les lumières s’éteignent les unes après les autres, plongeant le centre dans l'obscurité. Les professeurs quittent le bureau. La journée est finie. Le calme s'installe pour la nuit et la matinée, jusqu’à l’arrivée des musiciens en début d’après-midi. Alors, l’orchestre constitué de flûtes, guitares, pianos, orgue et violoncelle, recommencera à jouer sa partition pour charmer nos oreilles.  

A Alep, je découvre cette ambiance si particulière que je n’avais pas à Homs. Ici, je travaille avec de la musique en fond et des dessins aux murs, entourée par des sourires toujours plus illuminés sur les visages. Le travail n’est pas une corvée, mais un plaisir. La Syrie m’apprend toujours plus, comme à aimer ce que je fais, et non pas toujours à faire ce que j’aime.  

La présence de l’association à Alep est chère au cœur des enfants des cours d’arts plastiques et de musique. Sous l’œil avisé de leurs douze professeurs, ils ont l’envie toujours renouvelée d’apprendre patiemment leurs gammes et arpèges pour rendre fier leur entourage. Dans ces murs, la guerre n’est plus qu’un souvenir que font oubliées les notes de Mozart et Chopin. Tous les mois, grâce à vos dons, l’association peut poursuivre sa mission auprès des jeunes aleppins. Avec 273€, vous financez l’intégralité des salaires des professeurs de musique. A l'approche de Noël, en cette période tant attendue de l’Avent, soutenez les professeurs dans leur mission.

bouton faire un don 

Joséphine, volontaire en Syrie.