Actualités

Syrie - La Croix embrase les montagnes de Maaloula !

News - 25/09/2020

Pendant trois jours, au cœur des montagnes syriennes, les volontaires de SOS Chrétiens d’Orient ont assisté à la fête de l’Exaltation de la Sainte Croix dans le petit village de Maaloula. Célébrée avec faste au Proche-Orient, cette fête nous invite à nous souvenir avec joie de l’objet de notre salut : la Croix.


« Lorsque nous apercevons au loin Maaloula, le syrien assis à côté de moi et qui va me guider tout au long de la journée, se lance dans la narration de l'histoire de ce village. « La grande porte devant toi a été détruite par les djihadistes en 2014 ! Ils ont lancé une voiture piégée pour forcer l’entrer, » me dit-il la voix tremblante d’émotion.

Je me contente de lui faire un sourire, et d’acquiescer, ne sachant trop quoi faire ou dire pour ne pas le blesser. Cette journée va probablement lui faire remonter des souvenirs parfois douloureux. Je n’insiste donc pas.

La voiture poursuit son chemin cahin-caha dans les lacets de la montagne syrienne. Je ne suis pas encore dans le village que déjà j’entends des cris de joie et des chants ! J’en suis assez étonnée car la fête est annoncée pour ce soir et les aiguilles n’ont pas encore sonnées midi. Quelle drôle de notion du temps ! Ais-je manqué quelque chose ? Encore un mystère qui se résoudra aussi vite qu’il s’est présenté. A Maaloula, la fête de l’Exaltation de la Croix se célèbre la veille et toute la journée la ville prend des airs de grande foire où les foules se réunissent pour chanter et danser ensemble. Les femmes préparent le thé, ainsi que le buffet de la soirée pour la famille, et les amis.

Je sais déjà que l'accueil sera des plus chaleureux et la table bien garnie. D’ailleurs, je me prépare à me dépenser physiquement en visitant le village afin de ne pas trop culpabiliser ce soir d’être resservie à foison. Pour moi qui ne suis en Syrie que depuis quelques jours, la découverte de ces coutumes d’hospitalité est une aubaine et apporte un nouveau regard sur les occidentales.

sos chretiens orient syrie maaloula fete exaltation de la croixDans la rue, les enfants, excités par l’ambiance de la fête, jouent avec leurs amis, et de temps en temps un ou deux nous bousculent. Mais avec un petit signe de tête pour s’excuser, ils s’éloignent rapidement, un peu gênés.

La balade avec mon guide se poursuit dans cette ambiance solennelle qui ne laisse aucunement penser que des combats se sont déroulés ici. Les fantômes des djihadistes n’écument plus les rues. Pour un novice, Maaloula a toujours été une ville en paix ! Et pourtant s’ils savaient !

Mes pas me mènent devant une petite chapelle d’où résonnent des chants orthodoxes. Devant la porte, j’écoute cérémonieusement ne voulant pas interrompre les hymnes que récitent inlassablement des prêtres et religieuses vêtus de longues robes noires. Un choc culturel en succédant à un autre, je tombe sur des religieuses entièrement voilées comme le veut la tradition orthodoxe.

Détendue et conquise par ce que je découvre, je poursuis vers un petit escalier qui mène à un promontoire panoramique. Ma curiosité a été plus forte que la fatigue. A quelques pas derrière moi se trouve une petite porte qui ne paie pas de mine mais semble nous inviter à pénétrer.

Avec mon guide, nous nous regardons un peu interloqués avant d’entamer un discours silencieux où nos lèvres closes laissent nos yeux et sourires parler. Nous ouvrons la porte… sur une religieuse orthodoxe qui nous invite à ôter nos chaussures par respect du lieu saint. Je prends furtivement une photo, mais une seule, je ne suis pas autorisée à en immortaliser plus. Sur les murs de rocs, sont accrochées les icônes du Christ et de la Vierge à l’Enfant. Les Maaloulites s’en approchent avec révérence, posent leur front en signe de recueillement et d’humilité et les embrassent en se signant. A travers ce qui n’est matériellement qu’une peinture sur bois est manifesté comme dans un miroir des réalités célestes, la présence spirituelle et invisible de celui qui y est représenté. Je regarde avec émerveillement les couleurs sublimes, le doré par exemple, qui ressort davantage grâce aux reflets des cierges laissés par les visiteurs. À mes côtés, la religieuse ne dit rien. Le temps semble s’être arrêté. Elle est en communion avec le Christ. Ses mains, ridées par la vie, confectionnent minutieusement des petits ballotins de coton qu’elle enduit d’huile pour les visiteurs. C’est déjà le moment de partir, et de laisser derrière nous cet endroit paisible.

Les marches redescendues, et après une petite pause à l’ombre, nous continuons notre découverte de cet endroit magnifique, l’appareil photo à l’épaule, une bouteille d’eau à la main. Là, un petit passage assez étroit nous fait signe. Nous nous y engouffrons sans savoir où il nous mènera.

Les hautes montagnes me dépassent largement me donnant l’impression d’être toute petite alors qu’il y a encore quelques minutes, je surplombais le village. Entre les falaises escarpées, le sifflement du vent brise le silence des bosquets. Ici et là, des grottes troglodytiques parsèment le chemin. Pour sûr, les moines s’y sont réfugiés en 2014 lors de l’occupation du village par les djihadistes d’Al Nosra. Elles ne paient pas de mine et pourtant elles recèlent des trésors cachés. Avec difficulté je continue ma route, m’accrochant aux pierres au-dessus de moi afin de ne pas tomber.

Sous un vieux pont annonçant la fin du col, je m’accorde quelques minutes de pause. Mais je n’en oublie pas pour autant l’objectif qui s’impose à nouveau à mes yeux. Epuisée par la traversée, car le soleil, de plus en plus en haut dans le ciel, ne m’épargne pas, je relève une dixième fois la tête pour tenter de voir ce qu’il y a à la sortie de ce pont et là....

sos chretiens orient syrie monastere sainte thecle maaloulaSurprise ! Le monastère grec-orthodoxe de Sainte Thècle, construit autour de la tombe de la sainte, une jeune princesse séleucide, disciple de Saint Paul, apparaît au loin.

Pas le temps de tomber en contemplation, mon guide poursuit sa route. Je ne suis pas très sportive par nature et les quelques mètres que nous avons franchis en plusieurs heures pèsent lourdement dans les jambes. Enfin, nous arrivons tous les deux au monastère, où, grâce à Dieu, nous tombons sur une fontaine au centre de la cour intérieure.

La porte d’entrée passée, nous avons à peine le temps de poser nos sacs que l’on vient à notre rencontre. Un monsieur, assez âgé, mais très élégant, remarque que nous ne sommes pas du village, et en reconnaissant les t-shirt de SOS Chrétiens d’Orient, nous invite à participer au baptême de son petit-fils. Enchantés, et très honorés, nous le suivons. C’est la première fois que j’assiste à un baptême orthodoxe… Je suis impatiente d’en voir le déroulement, car j’apprends que l’enfant reçoit 3 sacrements : le baptême, la confirmation et la communion. Juste avant ce dernier, on me remet un cierge allumé et comme les fidèles, je fais trois fois le tour de l’église, pendant la récitation de l'Epître et de l’Evangile.

Ravie, et très reconnaissante d’avoir pu assister à ce baptême, j’en ressors souriante et plus impatiente que jamais, de découvrir ce que me réserve la suite de ma journée.

sos chretiens orient syrie fete de exaltation de la croix maaloula

Les enfants lancent des pétards, la musique est de plus en plus forte, certains dansent sur leur balcon ou encombrent la rue principale, chantant ou tirant vers le ciel.

L’ambiance s’électrise. Je ne reste pas longtemps à regarder car je suis attendue au sommet de la montagne des catholiques. En apercevant la croix qui y culmine, je sais que le périple sera rude, mais pour un but aussi beau, je suis prête à relever le défi.

Le sommet n’est plus loin, je le sens. Des enfants souvent très jeunes courent à notre rencontre, des personnes plus âgées se reposent sur le bas-côté et se restaurent après ce qui constitue souvent un exploit. Tous ont fait le déplacement, à leur rythme, même Monseigneur Absi, le patriarche grec melkite catholique. Comme ses ouailles, il est présent à côté de la croix du Seigneur. Quel exemple de foi et de courage !

sos chretiens orient syrie montagne catholique maaloula fete exaltation de la croixJe me heurte à des pentes rudes, à des pierres polies par le temps et les multiples passages. Ce n'est pas vraiment une traversée facile et sans danger. Mais pourtant à force d'entraide et de mains tendues, j’arrive tout près de la croix éclairant la montagne. Le spectacle est grandiose.

Du sommet, les croix des maisons illuminées transcendent la noirceur du ciel annonçant la nuit. Le soleil se couche, mais les habitants de Maaloula ne sont qu’au début des festivités…

Tandis que je photographie le magnifique paysage, des feux d’artifices sont envoyés dans le ciel sombre. Des cris de joie retentissent de toute part. Les enfants s'excitent, pendant que les plus fatigués s’asseyent, mais tous ont les yeux rivés vers le ciel.

Les soleils de feu entrent en action, les limailles de fer s’embrasent. Des balles traçantes zèbrent les ténèbres.

Je suis captivée par ces ballets d’étincelles qui ne faiblissent pas. La température a dû bien chuter depuis mon arrivée et pourtant je suis étreinte par la chaleur de la fête.

Des Syriens s’approchent, me posent des questions, me racontent des légendes et me présentent les traditions de Maaloula.

Une jeune maman vient me voir avec sa fille pour me remercier d’être là… Elle me raconte sa fuite de Maaloula à l’arrivée des djihadistes et me partage sa fierté de pouvoir célébrer aujourd’hui la fête de la Croix ici.

Nous sommes rapidement interrompues par un groupe de jeunes venus, eux aussi, me rencontrer. Etonnamment, la discussion s’oriente peu à peu vers un véritable cours de français et d’espagnol improvisé. Les sourires et rires succèdent aux larmes ! Qui eut cru qu’à cette heure tardive, au bord d’une falaise, il était possible de refaire le monde dans une autre langue ?

Mais tout à une fin, et après avoir pris quelques photos, nous commençons à regrouper nos affaires pour descendre. Je sais que ces témoignages resteront à jamais gravés au fond de moi, car ils m’ont véritablement touché, et je n’étais certainement pas prête à les entendre.

Chacun a sa manière de raconter l’histoire du village, de sa prise par les djihadistes et de la vie pendant la guerre, mais tous sont fiers d’être ici, en Syrie, et de nous rencontrer.

La descente par une nuit qu’aucune étoile n’illumine est périlleuse et aussi longue que la montée. Mais, comme à l'aller, les mains restent tendues pour aider son voisin éprouvé.

sos chretiens orient syrie fete exaltation de la croix maaloula limalle de ferDe retour au village, nous assistons aux spectacles depuis la terrasse du lieu où nous logeons. Des feux d’artifices, des pétards, et maintenant des pneus sont jetés du sommet de la montagne. Là, une boule de feu laisse dans son sillage une empreinte rougeoyante sur l’herbe sèche ! Mais peu à peu tout s'éteint pour mieux recommencer une heure après. Cette nuit, je ne dormirai pas beaucoup ! La joie est enivrante et communicative. Le sommeil attendra son heure car aujourd’hui, la Croix rayonnante fait toute chose nouvelle.

Maaloula a des traditions si belles, locales et uniques, qui illustrent la rédemption d’un pays qui fait tout pour se relever.

J’avais entendu parler de cette tradition de la fête de la croix, mais n’avais jamais pensé pouvoir la vivre et la partager avec les Syriens. Encore une fois, je découvre ce qu’est réellement la Syrie : un pays à reconstruire, mais qui a une histoire bien ancrée, et dont les habitants sont fiers et forts. Ils vous reçoivent toujours chaleureusement, dansent sur leurs balcons et chantent avec vous. Leur courage m’édifie et me laisse sans voix.

Joséphine, volontaire en Syrie.