Actualités

Deux chantiers de l’association en Egypte, vus par Monseigneur Krikor Koussa.

News - 25/09/2020

Depuis le mois de février 2019, sous l’égide de Monseigneur Krikor, évêque des arméniens catholiques d’Egypte, les équipes de SOS Chrétiens d’Orient se sont relayées sur les chantiers de rénovation du cimetière arménien et du patriarcat, lieu de résidence de l’évêque. Nous l’avons rencontré un jour du mois de septembre lors de notre traditionnelle pause thé. Une belle occasion de revenir sur nos collaborations.


Le 9 mai 2004, Monseigneur Krikor Koussa, un syrien originaire d’Alep, est ordonné évêque en Egypte où il entreprend la restauration des lieux de culte arménien catholique. « Les églises arméniennes étaient dans un état déplorable et il fallait les rénover très rapidement. Les murs, les sols et les toits, n’avaient pas été entretenu depuis des années », nous confie-t-il.

Dès 2017, avec François-Xavier Gicquel, directeur des opérations et Charles de Meyer, président de SOS Chrétiens d’Orient, il initie le premier chantier de nettoyage du cimetière arménien. Datant du début du XVIIème siècle, il a été transformé, au fil des décennies, en décharge publique par les habitants du quartier et ses sépultures ont été profanées. Blessé par tant d’irrespect pour les morts de sa communauté, l’évêque nous fait part de son indignation : « C’est partout pareil ici ! On ramasse quelques sacs d’ordures de tout genre chaque jour ! Malgré mes demandes, cela continue inlassablement, c’est la mentalité égyptienne. Ils gardent leurs appartements propres mais les espaces communs ne les concernent pas et font office de décharge ».

A l’arrivée de l’association, les volontaires font face à des tombes éventrées. SOS Chrétiens d’Orient procède immédiatement à l’achat de nouveaux cercueils pour permettre aux morts de reposer en paix.

sos chretiens orient egypte cimetiere armenien catholique caireChaque semaine, depuis, ils se rendent sur place pour montrer au voisinage qu’ils sont présents pour nettoyer le cimetière mais chaque semaine, de nouvelles ordures les attendent, ainsi que des animaux morts, jetés par-dessus les murs d’enceinte pour les faire « disparaitre » de la rue.

Depuis les débuts de ce chantier, le cimetière a gagné une nouvelle porte, a été débarrassé de dizaines de sacs d’ordures, a vu des dizaines de volontaires se relayer avec acharnement afin qu’il redevienne un véritable lieu de recueillement.

Mais avec l’association, quand un chantier touche à sa fin, un autre voit le jour ! Le toit du patriarcat du Caire, attend nos amis volontaires.

En mai 2020, Monseigneur Krikor décide de faire appel aux volontaires français pour soutenir un nouveau projet : « J’ai contacté Jérôme, je lui ai fait part des dégâts occasionnés par les pluies du mois de mars et des rénovations nécessaires que je ne peux faire seul. Il est venu pour constater les dégâts et l’ampleur des travaux et m’a dit que SOS Chrétiens d’Orient pouvait s’en occuper ». Ici en Egypte même si les intempéries sont très rares, chaque année au mois de mars, des pluies diluviennes s’abattent sur le pays. Faute d’infrastructures adaptées, ces dernières sont souvent meurtrières pour les plus pauvres.

Ce fut le cas au mois de mars dernier puisque des torrents ininterrompus ont frappé l’Egypte et le patriarcat : « Les revêtements au sol se sont décollés, et les plafonds se sont abîmés », nous raconte l’évêque.

Il nous explique également qu’avant que les chambres soient inutilisables, ils les avaient destinées aux plus démunis : « Selon le désir du Saint Père en 2014, d’ouvrir les églises, monastères et évêchés afin d’accueillir des Syriens ou des Libanais, fuyant la guerre ou la crise politique nationale, j’ai hébergé deux jeunes compatriotes venant d’Alep. Ils ont pu ainsi pendant plusieurs mois, se loger gratuitement et trouver du travail au Caire. Ils sont repartis en 2017, quand la situation en Syrie s’est un peu améliorée ». Depuis cette époque, seules de rares personnes sont montées sur le toit ; et ce n’est qu’en 2020, que nous avons pu apprécier l’ampleur du travail qui nous attendait.

sos chretiens orient egypte volontaires deblaient toit patriarcat armenien caireDès lors, nous avons commencé par évacuer tous les meubles ayant appartenu aux séminaristes. Des lits en fer, des étagères, un fauteuil roulant, des sièges, mais aussi des documents administratifs datant des anciens évêques arméniens, des photos, des cahiers… bref, une Salle sur Demande digne d’Harry Potter, made in Egypt !

Nous avons donc durant plusieurs semaines, désencombrer le toit. Un chemin de croix a été nettoyé puis entreposé dans la sacristie. Les lits ont été descendu par les airs au moyen d’une poulie. En somme, ce fut une véritable découverte de trésors : des passeports diplomatiques des précédents évêques, des correspondances datant du milieu du XIXème siècle, de vieilles cassettes, des livres sacrés, des icônes… Tout de quoi créer un petit musée, ce que d’ailleurs Monseigneur nous confie avec malice : « J’ai cherché à faire réparer quelques objets que vous avez descendu, comme la machine à écrire, mais cela est impossible ici au Caire. Je pense donc faire une sorte de petit musée avec ces photos et objets car elles appartiennent à l’histoire de la communauté arménienne en Egypte ».

sos chretiens orient egypte volontaire deblaye toit patriarcat armenien du caireEn un mois de travail, la première phase de la réhabilitation du toit du patriarcat est achevée. Comme pour le cimetière, nous avons descendu des dizaines de sacs de poussières, des vitres, des tuiles, des coffrets renfermant des documents administratifs… Nous sommes désormais près pour la suite des opérations : la rénovation des chambres pour pouvoir loger des personnes dans des conditions confortables car Monseigneur Krikor souhaite continuer à dédier ce dernier étage du patriarcat au plus démunis, fuyant les guerres au Proche et Moyen-Orient : « Je veux rester pour eux, avec eux, comme un prêtre, un évêque, un père, une mère, un frère ». C’est cette dévotion envers ceux qu’il accueille chez lui au sein du patriarcat arménien catholique, qui nous rend fiers des toutes ces journées de travaux !

Dans les prochains mois, les équipes de SOS Chrétiens d’Orient s’occuperont des plafonds, des fenêtres, des sols et des peintures pour les murs. Mais d’autres chantiers nous attendent. Bon nombre de livres, en plusieurs langues différentes sont à trier au patriarcat ou à l’église Sainte-Thérèse du Caire. Soutenez nos projets pour aider la communauté arménienne catholique en Egypte.

bouton faire un don

Pierre-Marie, volontaire en Egypte.