Actualités

Péripéties beyrouthines : urgence à l’évêché.

News - 18/09/2020

Jeudi 3 septembre 2020, les volontaires de SOS Chrétiens d’Orient quittent l’appartement de mission. Pelle à la main, masque sur le visage, ils se mettent en route vers l’archevêché, situé près du quartier chrétien de Geitawi, pour y retrouver les séminaristes maronites de Beyrouth. L’objectif du jour est double : nettoyer l’archevêché gravement touché par l’explosion du 4 août dernier et confectionner puis distribuer des colis alimentaires pour les familles maronites les plus atteintes.

« A mesure que nous pénétrons dans la zone de l’explosion, les visages se ferment. Volontaire au Liban depuis peu, je constate abasourdie le macabre spectacle offert par ces maisons éventrées.

sos chretiens orient liban volontaires dans les rues beyrouthDans le silence des ruelles, nous ne pouvons nous empêcher de nous mettre à la place de ces familles qui ont tout perdu : « et si cela m’était arrivé ? ». L’émotion est grande. En continuant d’avancer sur le chemin encombré par les gravats et les voitures, aux toits enfoncés par la chute de pierre, les habitants nous demandent notre aide pour rénover leur appartement ravagé ou pour se nourrir. A chacun, nous promettons une visite dans les jours suivants et échangeons nos contacts. Néanmoins, la mission du jour est ailleurs. Nous continuons notre chemin le cœur lourd de ne pas pouvoir tous les aider.

Après 10 longues minutes de marche, il apparaît enfin. Ce bâtiment, qui jadis se dressait fièrement au cœur du quartier Ashrafieh, n’est maintenant qu’un vaste courant d’air à cause des vitres brisées par le souffle de l’explosion. Une fois entrés dans l’enceinte, nous sommes accueillis par le personnel de l’archevêché.

Deux équipes franco-libanaise se forment : l’une déblaye les gravats et morceaux de verre pendant que l’autre trie les archives et les livres tombés des bibliothèques brisées. Cette intervention d’urgence peut paraître futile face à l’ampleur des dégâts, mais elle représente beaucoup pour ceux qui ont vécu la catastrophe. Plus qu’une intervention matérielle, notre action est aussi un soutien moral pour ces chrétiens qui, malgré les épreuves et l’adversité, ne lâchent rien.

sos chretiens orient liban volontaires aident l eveche beirutAprès plusieurs heures de travail, le plus gros des débris est retiré. Il s’agit maintenant de constituer les colis alimentaires qui serviront aux donations. L’un des séminaristes nous invite à le suivre au sous-sol. Nous nous exécutons religieusement et le suivons dans cet escalier éclairé par des néons blafards, sous une chaleur qui devient de plus en plus pesante. En bas, nous constatons que, là aussi, l’explosion a fait des dégâts. Un produit de nettoyage s’est déversé sur les colis alimentaires. Il faut donc les vider et les trier pour remplir à nouveau les cartons, produit par produit.

Une fois la tâche terminée, il est déjà l’heure de partir. Sur le chemin du retour, nous sommes de nouveau accostés par des habitants. Après un bref échange avec l’une d’eux, nous lui partageons la conclusion qui s’impose : « Votre force est votre grand cœur », ce à quoi elle nous répond : « On a peut-être un grand cœur, mais on a le cœur meurtri ».

A la maison, nous faisons le bilan de cette belle journée éprouvante. Nous sommes fiers d’avoir accompli humblement la tâche qui nous a incombé et admirons la force qui anime la population libanaise et ce, malgré l’usure ressentie au plus profond d’eux ; une usure accumulée au fil des années, des multiples guerres et conflits vécus par ce peuple fatigué de devoir constamment se battre, fatigué de devoir reconstruire encore et encore, et fatigué de craindre pour sa vie et celle de leurs proches.

Dans cette triste situation, la mission des volontaires prend tout son sens. Nous, chrétiens d’Occident, ne vivant pas dans une telle situation, devons les soutenir dans ces épreuves et les aider à notre humble échelle. En faisant cela, nous ne récoltons ni honneur ni gloire. Mais l’important est ailleurs : apprendre à donner.

En partant en mission nous pensons donner, en réalité, nous recevons beaucoup plus… La bravoure de chaque Libanais face à l’adversité nous touche et nous inspire. Ces témoignages de foi nous permettent d’affermir la nôtre sur des bases solides, plus solide d’un roc, et cela n’a pas de prix.

Toi aussi, rejoins-nous en mission et viens mettre tes bras au service de ceux qui souffrent. »

Constance, volontaire au Liban.