Actualités

L’ENTRETIEN avec François-Xavier, chef de mission en Irak et directeur des opérations.

News - 24/08/2020

Une des premières têtes agissantes de SOS chrétiens d’Orient, François-Xavier Gicquel, après avoir commencé en Irak en 2014, est désormais directeur des opérations pour l’Irak, la Syrie, le Liban, l’Égypte… et bien d’autres pays, à l’image du rayonnement de l’association. Un travail rude mais enrichissant à plus d’un titre.

 

Vous faites partie des pionniers. Quelles furent les grandes lignes du développement de l’association et de ses installations dans les pays concernés ?

 

SOS Chretiens Orient Francois Xavier Irak enfantsFrançois-Xavier : L’association a débuté avec l’aventure « Noël en Syrie », en 2013. Face au succès rencontré et malgré l’évolution tragique de la situation dans le pays, une deuxième mission, « Pâques en Irak », a été montée par Benjamin Blanchard et Charles de Meyer, en 2014. SOS Chrétiens d’Orient ne s’était pas trompé dans son intuition, puisque moins de deux mois plus tard l’organisation État islamique prenait Mossoul et en chassait, notamment, les populations chrétiennes.

À partir de là, le modèle a commencé à évoluer : envoi en urgence d’équipes en Irak pour se relayer au chevetSOS Chretiens Orient Pakistan Francois Xavier 1 2 des chrétiens en exode − les équipes tournaient par périodes de quinze jours − puis, à partir de septembre, nous nous sommes implantés et nous sommes restés définitivement.

Nous avons créé toute la structure des missions permanentes et mis en place toutes les procédures nécessaires à l’administration, à la gestion et au suivi. Ce fut un travail intense mais constructif. Rapidement, l’association s’est développée en Syrie, en Irak, au Liban et en Jordanie. Par la suite, notre action s’est étendue en Égypte, au Pakistan, en Éthiopie et en Arménie.

Qu’est-ce qui vous a conduit à un tel engagement ?

 

SOS Chretiens Orient Francois Xavier Irak chantierC’est comme une vocation. Après ma licence de droit, je me suis dirigé vers un master de sciences politiques enSOS Chretiens Orient Pakistan Francois Xavier 1 2 sécurité internationale et défense. Cela faisait écho à plusieurs années professionnelles dans le monde de la sécurité privée. Après avoir travaillé en protection rapprochée, j’ai décidé de me spécialiser dans ce domaine et je suis allé passer mes diplômes internationaux de garde-du-corps en zones à risque aux États-Unis. Ma famille a eu beaucoup de mal à accepter mon choix de travailler dans ces zones. Quand je suis parti en Irak pour la première fois, je l’ai annoncé à mes parents quarante-huit heures avant le décollage de mon avion. Ce fut un vrai déchirement. Aujourd’hui, je suis marié, et j’organise mes absences (environ la moitié de l’année) avec ma femme et mes enfants afin que mon engagement ne soit pas seulement personnel mais familial. Ma femme a eu l’occasion de venir avec moi en Irak, au Liban et en Syrie.

Vous êtes donc le premier chef de mission en Irak. Pouvez-vous nous préciser quelles ont été vos missions depuis 2014 ?

 

SOS Chretiens Orient Francois Xavier Irak Khurdistan formationJe suis resté en Irak de l’arrivée de l’État islamique, en 2014, jusqu’en 2017. Durant ces années, je fus chargé de développer des procédures pour les mener à un niveau professionnel. En tant que chef de mission en Irak, j’ai monté cinq cliniques et trois écoles. En tant que responsable du développement à Paris, je m’occupais de toutes les missions en binôme avec Tanneguy Roblin. En Irak, je fus également détaché un jour par semaine d’abord auprès des forces spéciales kurdes, puis auprès des forces armées irakiennes en tant qu’instructeur et appui secouriste : des lignes de front les plus reculées aux combats les plus féroces de Mossoul, j’ai été aux côtés de ces hommes exceptionnels qui se battent pour la paix.

Depuis 2017, vous êtes le directeur des opérations. Quel est votre rôle, exactement ?

 

En tant que directeur des opérations, je suis chargé de coordonner les missions permanentes en Irak, en Syrie, au Liban et en Égypte, sans oublier les pays où nous n’avons pas encore de permanent : en Jordanie, au Pakistan, en Éthiopie, en Arménie. Je veille également au développement des bonnes pratiques en termes de gestion courante et à la bonne coopération avec les autres directions de l’association.

Que retirez-vous de vos années d’engagement ?

 

Ces cinq années n’ont fait que m’apprendre l’humilité face à la grandeur des personnes côtoyées. Je tiens à souligner l’exemplarité de mes collègues et l’engagement de tous les bénévoles qui sont partis avec nous. Je suis édifié par les populations chrétiennes locales qui au long de tant de siècles de persécution ont su rester fortes, fières d’appartenir au Christ. Elles ont gardé la foi et ont encore beaucoup de choses à nous dire.

Propos recueillis par Antoine Bordier dans le Hors Série de l'Homme Nouveau N°36-37.