Actualités

Trésors de l’Orient - Le Wadi El Natroun, ses monastères millénaires et la sagesse du désert.

News - 12/08/2020

Le Wadi el Natroun, connu sous le nom de désert de Scété dans l'histoire chrétienne ou vallée du Natron en français médiéval, suite aux croisades menées par saint Louis et aux différentes expéditions françaises qui suivront, est une grande vallée aride située dans le désert occidental de la Basse Égypte entre le Caire et Alexandrie.

Très longtemps, ce grand désert de 110 km de long a été englobé dans l’antique désert de Nitrie. Dans cette région autrefois très prospère, les pharaons et plus tard les Grecs et les Romains venaient tirer du « natron » ou carbonate de soude. Par ailleurs, la vallée des lacs Natron proprement dite accueillait au moins sept lacs aujourd’hui asséchés ou souterrains.

Avant de devenir un lieu saint de la chrétienté orientale et copte, le désert du Wadi El Natroun était donc déjà un lieu reconnu et saint pour d’autres religions.

SOS Chrétiens Orient Egypte Wadi Natroum 5En effet, le natron qui a donné son nom à toute la vallée, est un minéral naturel fait de roches à base de carbonate de sodium, de bicarbonate de sodium, de sulfate de sodium et de chlorure de sodium, et possède diverses propriétés nettoyantes, absorbantes ou antiseptiques, essentielles aux cérémonies de purification mortuaire antique dite « d’Anubis » et à la confection des momies.

La très grande consommation de ce produit nécessitait de fréquentes visites et le lieu devint vite un sanctuaire pharaonique dédié à Anubis et Horus. On peut encore y voir, dans les bâtiments religieux construits plus tard, des colonnes, des linteaux et des pierres qui proviennent de temples anciens aujourd'hui complètement disparus.

Le Wadi chrétien

Saint Macaire le Grand fut le premier à impulser la création de monastères cénobitiques suivant la règle de saint Pacôme et les sages enseignements de saint Antoine le Grand etSOS Chrétiens Orient Egypte Wadi Natroum 9 de saint Paul de Thèbes.

En effet, jusqu’au IVème siècle, seuls des ermites ou des chrétiens persécutés s’étaient réfugiés dans le désert mais avec l’avènement du monachisme et des grandes règles orientales (pour rappel le premier monastère du monde fut fondé en Egypte près de la mer Rouge à l’emplacement de la grotte de saint Antoine le Grand), de véritables communautés monastiques chrétiennes se formèrent à l’emplacement des premières grottes habitées et des anciens temples polythéistes.

En 330, la première communauté dirigée par saint Macaire le Grand, installée dans la vallée basse, attire très vite des centaines d’aspirant moines ! Des églises, des hospices pour pèlerins puis des champs de légumes et de fruits sont implantés à proximité des monastères principaux. On comptera entre le IVème et le VIIème, jusqu’à une quarantaine de monastères et plus de 2000 moines dans ce désert sacré !

SOS Chrétiens Orient Egypte Wadi Natroum moineMais avec l’invasion islamique, les attaques des bédouins et des bandits et les persécutions récurrentes, les monastères sont peu à peu détruits ou abandonnés et les moines massacrés. De nos jours il n’en reste plus que 4 encore actifs administrés chacun par 50 à 150 moines.

Le monastère des « Syriens » (Deir El-Suryani) fut reconstruit et réoccupé par des moines syriens à partir du XIIIème qui avaient rêvé du monastère ! Il se compose d’une tour médiévale à pont levis, d’un jardin, d’une église principale abritant la grotte de saint Bishoy et une grande porte en bois syriaque du XIVème siècle ainsi que des peintures et des icônes d’une valeur inestimable : les trois grands prophètes, saints cavaliers, la Vierge mère de Dieu.

Le monastère des « Romains » (Deir Baramos) fut occupé, les premiers temps, par des chrétiens venus deSOS Chrétiens Orient Egypte Wadi Natroum passerelle Rome et qui fuyaient la persécution des empereurs latin de l’époque. Il se compose d’un immense jardin et deux églises. C’est le monastère le plus éloigné des trois autres.

Le monastère de Saint-Bishoy (Deir Amba Bichoï) est implanté à proximité du monastère des Syriens et est d’ailleurs relié à celui-ci par un tunnel secret troglodyte. Il est nommé d’après saint Bishoy qui vécut dans une grotte, - désormais installée au cœur du monastère des Syriens - un saint Copte du Vème siècle, ascète, ermite et à qui le Christ est apparu deux fois. Son tombeau avec son corps intact est encore visible dans l’église principale !

Il dispose lui aussi d’un bastion médiéval et abrite la tombe du Pape Chenouda III (1971-2012).

Le monastère de Saint-Macaire (Deir Abu Makar) est le plus grand monastère du Wadi El Natroun construit par saint Macaire le Grand et ses disciples au IVème siècle. Il se compose de plusieurs églises, d’une grande bibliothèque réputée et de plusieurs cellules antiques visitables. En outre, il abrite des reliques de saint Macaire le Grand, de saint Jean le Baptiste et de saint Jean le Nain.

***

Sagesse du désert

Ainsi, après des siècles dorés, les cinquante monastères du Wadi El Natroun durent subirent les foudres et les massacres des guerriers musulmans, puis les pillages desSOS Chrétiens Orient Egypte Wadi NAtrum 21 bédouins et enfin les taxations asphyxiantes des sultans du Caire. A l’image du Peuple Copte et de l’Eglise Copte en tant qu’Institution, leur survie tient du miracle ! Quelques deux millénaires après leur apparition, ils sont toujours debout dans le désert, se dressant fièrement au milieu des persécutions, des massacres et des assauts du désert.

Plus encore, des centaines de moines, ermites ou non, qui ont vécu et sont morts dans le désert du Natroun sont passés à la postérité, soit en devenant des martyrs face aux meurtres et aux persécutions, soit en devenant ce que l’Eglise appelle des « Pères du Désert », des saints dont les paroles recueillies  sont toujours enseignées dans les séminaires et dans les monastères du monde entier.

Pêle-mêle citons saint Macaire le Grand, saint Bishoy, saint Amoun, saint Arsène, saint Jean le Nain, saint Macaire l’Egyptien, saint Macaire l’Alexandrin, saint Moïse le Noir ou le Fort, Sts. Maximos et Domatios, saint Poimen le Grand, saint Evrague le Pontique ou encore saint Samuel le Confesseur.

Chacun a enseigné les paroles du Christ et expliqué les principes de la vie érémitique. Chacun a soulagé, conseillé et guéri les chrétiens de son époque et ceux d’aujourd’hui.

Rappelons-nous de ces quelques paroles saintes, inspirées par le Christ et enseignées par nos Pères du Désert :

« On demandait à Abba Macaire : Comment doit-on prier ? L'ancien répondit : Point n'est besoin de se perdre en paroles ; il suffit d'étendre les mains et de dire « Seigneur, comme il Vous plaît et comme Vous savez, ayez pitié ». Si le combat vous presse, dites : « Seigneur, au secours ! ». Il sait ce qui vous convient et Il aura pitié de vous car le Royaume de Dieu est au-dedans de vous »

« On demandait à Abba Moïse le Noir pourquoi il se tuait à la tâche tous les jours, or celui-ci avait été un voleur, un pilleur et un tueur dans cette vie, il répondait : « Seigneur, que mon cœur soit semblable au tien, que je puisse refuser les honneurs et accueillir les offenses »

« On cherchait partout Abba Samuel, il était faiseur de miracle et résolvait les problèmes comme personne mais quand quelqu’un le trouvait dans le désert et lui rendait les honneurs, il répondait invariablement : « Je ne suis pas celui que vous cherchez, je ne suis qu’un pauvre fou, pêcheur et plein de vieillesse qui attend de rejoindre son Rédempteur »

SOS Chrétiens Orient Egypte Wadi NAtrumAbba Bishoy avait déjà lavé les pieds du Christ dans sa grotte mais il garda toujours le silence sur cette histoire. Un autre soir, alors que les paysans accourraient de partout pour gravir la colline de Scété, Abba Bishoy déjà très âgé se fit dire que le Christ, Notre Sauveur serait apparu en haut de cette colline. Il sortit rejoindre la foule mais il fut rapidement distancé du fait de son grand âge. Il aperçut alors un vieillard en guenille gravir la colline en rampant, écoutant les commandements de Notre Seigneur, il prit le vieillard sur son dos, mais bientôt le poids de l’infirme se fit trop lourd pour ses frêles épaules, et il dut faire une pause afin de le laisser à terre. C’est alors qu’une grande lumière blanche se fit et que le vieillard avait laissé sa place à Jésus-Christ lui-même ! Il dit à Abba Bishoy, ce que tu as fait au plus petit des miens, je te le rendrai quand tu seras avec moi. »

Le corps de saint Bishoy est toujours intact de nos jours et il arbore le même sourire que celui qu’il avait le jour de sa mort.

Voilà les grandioses monastères du désert égyptien. Une vie ne suffirait pas à appréhender et à tout connaître sur ces édifices des premiers temps de l’église et sur les écrits des Pères du désert. Patrimoine chrétien et de l’Humanité, ne ratez jamais une occasion de vous rendre dans un monastère copte dans le désert lors de votre prochain séjour en Egypte, vous y trouverez la paix des hommes et le cœur du Christ.