Actualités

Témoignage bénéficiaire - Les ouvriers, les ingénieurs, l’association et les donateurs construisent ma vie.

News - 11/08/2020

La reconstruction totale d’une maison à Homs coûte aujourd’hui 7.145 euros, les Syriens ont besoin de notre aide maintenant plus que jamais.

N’attendez plus pour redonner aux pauvres l’espoir dans un meilleur avenir chez eux.

bouton faire un don

 

Avant le déclenchement de la guerre en Syrie en 2011, la ville de Homs était connue pour sa douceur de vivre. Elle avait le surnom de « mère des pauvres », le coût de la vie y était extrêmement bas par rapport à d’autres grandes villes comme Damas ou Alep.

Cette ville et ses habitants ont été fortement touchés par les violents affrontements entre l’année 2011 et 2014. La guerre a provoqué la destruction complète de certaines parties de la ville. Notamment le quartier chrétien d’Al-Hamiddieh où nous nous trouvons aujourd’hui.     

Dans ce quartier, chrétien depuis sa création, les maisons entourent la fameuse église de Notre-Dame de la ceinture. La sainte ceinture de la vierge marie y est exposée. Les gens viennent nombreux afin de se recueillir, prier devant la ceinture.

Ce 4 août 2020, notre destination est la maison d’Issa Bakhos, un habitant syriaque orthodoxe de Homs. Il a décidé de rester dans sa ville : « J’ai 45 ans, je suis marié et j’ai 3 enfants. Ma fille aînée Nour, 11 ans est handicapée. Elle a un retard mental de naissance. Elle ne peut rien faire toute seule. Elle ne peut pas parler, s’exprimer ! J’ai aussi deux autres garçons George et Joude 10 et 8 ans, ils vont à l’école. Avant la guerre j’étais propriétaire d’un atelier de couture. Bien évidemment toutes les machines ont été volées pendant nos années d’exil entre 2012 et 2014. Maintenant je répare les vêtements des gens du quartier dans un petit magasin prêté par une âme charitable. »   

SOS Crétiens Orient Homs IssaEn janvier 2012, Issa et sa famille ont dû fuir les groupes armés. Ils ont dû quitter leur appartement. Pour eux, ce fut l’exil, sans pouvoir emporter quoi que ce soit, ni vêtements ni argents. Même leurs papiers administratifs ! « Vous quittez avec vos âmes uniquement, sinon on les prend ! Dépêchez-vous. »

Issa nous raconte avec plein d’émotion son chemin de croix : « Notre première destination fut la vallée des chrétiens, plus précisément un petit village nommé Joir Al-Afes. Nous nous y sommes installés dans un petit appartement insalubre, avec des fissures dans les murs, froid et humide l’hiver. Ensuite nous avons déménagé vers AL-Mashta et puis à Marmarita, nous nous déplacions d’un appartement à un autre comme des nomades. Chaque fois, les propriétaires augmentaient les loyers alors que nous avions besoin d’argent pour soigner notre fille malade et nourrir notre famille ! En 2014 quand Homs a été libérée par l’armée arabe syrienne, je n’ai même pas hésité une minute avant prendre la décision de retourner chez moi. Pouvez-vous imaginer une vie sans travail, avec un loyer mensuel très cher et une fille handicapée dont les médicaments coutent une fortune ? Deux fils à scolariser ? Je me sentais comme incapable, beaucoup plus handicapé que ma fille. »

Issa a toujours refusé de quitter la Syrie. Il est trop attaché à sa ville, même si sa sœur, vivant à l’étranger l’a plusieurs fois invité à émigrer et à la rejoindre. « Je voulais retourner chez-moi, même si les nouvelles disaient notre appartement détruit. Quand je suis arrivé dans ma rue, je n’ai pas reconnu mon appartement ! Je ne le voyais pas, je le cherchais. Ill n’y avait plus rien ! Ni murs, ni portes, ni balcon, tout était noir, brûlé. À ce moment-là, je réalisais que nous avions tout perdu. Mais ma femme et moi voulions y revenir à n’importe quel prix. Nous avons alors pris la décision de monter une tente et d’y habiter. Nous ne pouvions plus payer les loyers qui étaient devenus trop chers pour nous, plus de 70 euros par mois ! »

SOS Chrétiens Orient travaux maisons HomsLa femme d’Issa est professeur d’arabe dans une école publique. Le salaire mensuel d’un professeur est équivalent 20 Euros ! Le pouvoir d’achat est extrêmement bas, surtout suite à l’application des nouvelles sanctions américaines et de la loi César. « Nous n’arrivons plus à nous nourrir… pour ma femme et moi, notre priorité c’est l’achat des médicaments pour notre fille et plus non notre propre alimentation. J’ai juste une question : pourquoi en tant qu’Issa Bakhos suis-je sanctionné ? En quoi suis-je un danger pour les puissances occidentales qui punissent ma famille ? Réveillez-vous, je suis un simple citoyen ! Comme dit le proverbe français, ils sont forts avec les faibles et faibles avec les forts. »

« J’ai entendu parler de SOS Chrétiens d’Orient par réputation. Tous les gens évoquaient une association française travaillant en Syrie. Je suis allé les voir, et ils se sont montrés très accueillant. J’ai fait évaluer les dégâts de ma maison. Après une visite des membres de l’association, ma demande a été acceptée. Grâce aux volontaires français, j’ai vu l’avancement des travaux dans mon appartement. Il ne s’agit pas d’un simple chantier. Les ouvriers, les ingénieurs, l’association et les donateurs construisent ma vie en fait. »

« Tout d’abord j’ai rebâti les murs complètement détruits, ensuite nous avons étalé le plâtre, la peinture et là nous posons le carrelage. Il faut savoir que les matériaux de reconstruction coutent très cher actuellement à cause de la dépréciation de la monnaie locale face au dollar. Je remercie évidemment les donateurs qui financent les travaux, je remercie leur générosité envers les chrétiens en Syrie. »

Issa et sa famille retrouveront bientôt leur appartement, ils y retrouveront également leur vie et leur avenir. Issa insiste sur l’action des volontaires qu’il a rencontrés : « Je ne peux qu’être reconnaissant à tous ces jeunes Français qui viennent de loin nous aider. Tout en étant en colère contre certains gouvernements occidentaux qui détruisent militairement et économiquement mon cher pays ! Actuellement je prie. Je prie pour remercier les gens et les bons cœurs pour leur solidarité. Je prie pour que cette guerre atroce cesse. »

La reconstruction totale d’une maison à Homs coûte aujourd’hui 7.145 euros, les Syriens ont besoin de notre aide maintenant plus que jamais.

N’attendez plus pour redonner aux pauvres l’espoir dans un meilleur avenir chez eux.

bouton faire un don