Actualités

La Basilique Sainte-Sophie donnée au culte musulman, le serpent turc dans la bergerie.

News - 23/07/2020

Le 10 juillet, le Conseil d’Etat turc a tranché ! La « merveille des merveilles » byzantine a été convertie en mosquée. Le président Recep Tayyip Erdogan est revenu sur un décret de 1934, qui avait transformé le lieu de culte en musée. Selon ses termes, le sultan Mehmet II, le conquérant ottoman de Byzance en 1453, en avait fait une mosquée « à perpétuité ». Il a également placé l’édifice historique, qui était sous l'autorité du ministère du Tourisme et de la Culture, sous l'autorité du ministère des Affaires religieuses du pays.

sos chretiens orient basilique sainte sophie turquieDemain, 24 juillet, quelque 500 personnes doivent participer à la première prière collective musulmane à l'intérieur de la Basilique. Les icônes chrétiennes qui ornent l'intérieur de l'ancienne basilique byzantine seront dissimulées le temps de la prière. Des travaux sont en cours pour réaménager le lieu.

Le choix du 24 juillet est symbolique puisqu’il correspond au jour anniversaire de la signature du traité de Lausanne considéré comme fondateur de la « République » de Turquie dans ses actuelles frontières. A l’international, les réactions et critiques ne se sont pas fait attendre, y compris de la France. « Ces décisions remettent en cause l’un des actes les plus symboliques de la Turquie moderne et laïque », a ainsi déploré le ministère des Affaires étrangères.

icones basilique sainte sophie turquieLes Etats-Unis et l’Union européenne ont également fait part de leur inquiétude et déception. La Russie, éternelle protectrice des chrétiens d’Orient, est montée au créneau. Le Saint Synode de l'Eglise orthodoxe russe, la plus Haute Autorité religieuse présidée par le Patriarche de Moscou y voit une « menace pour l’ensemble de la civilisation chrétienne ». Les évêques ont déclaré que la reconversion de Sainte-Sophie en mosquée est « une offesne pour la sensibilité de millions de chrétiens à travers le monde, qui pourraient mener à une détérioration des équilibres interreligieux et la compréhension mutuelle entre chrétiens et musulmans, pas seulement en Turquie mais aussi ailleurs. »

Un message partagé par le monde orthodoxe et notamment par le Patriarche Bartholomée Ier de Constantinople. Il a ainsi averti que le changement de statut de Sainte-Sophie risquerait de créer une fracture entre l’Est et l’Ouest. Cette ancienne basilique byzantine est en effet un centre de vie « dans lequel s’embrassent Orient et Occident », et sa réaffectation au culte musulman « sera une cause de rupture entre ces deux mondes ». « Cela poussera des millions de chrétiens dans le monde entier contre l’islam », s’est-il inquiété.

Sur la place Saint-Pierre, lors de l’Angélus, le Pape François s’est dit, quandt-à-lui, « très affligé ». Ce à quoi a répondu le président turc en le conviant à la cérémonie d’ouverture à la prière musulmane de la basilique. Un geste interprété par certains comme de la provocation.

Plus surprenante est la réaction des cheikhs de l’université d'Al-Azhar, la plus haute autorité religieuse de l’Islam Sunnite du monde. Pour Ahmed el-Tayeb, grand imam de la mosquée d'Al-Azhar, « la transformation de Sainte-Sophie en mosquée est interdite par l'islam ». Pour Abbas Shuman, ancien député du cheikh d'Al-Azhar, « il est interdit de transformer une église en mosquée, tout comme il est interdit de transformer une mosquée en église. Ceci est un principe que l'idéologie d'Al-Azhar n'accepte pas, tous les lieux de culte, de toutes les religions, doivent être respecté... Tout ce qui appartient à l'islam est musulman, tout ce qui appartient au christianisme est chrétien, et tout ce qui appartient au judaïsme est juif. Cette décision de transformer l’église de Sainte-Sophie en mosquée est une provocation et contrevient aux directives de l'islam tel que nous les connaissons ».

turquie basilique sainte sophieCathédrale construite au IV° siècle par les Byzantins qui y couronnaient leurs empereurs chrétiens, Hagia Sophia (sagesse divine en grec) a été convertie en mosquée par les Ottomans à la chute de Constantinople en 1453, puis en musée par Mustapha Kemal Ataturk en 1934 pour « l’offrir à l’humanité ». Après la prise de Constantinople par les Ottomans, quatre minarets ont été ajoutés et les icônes ont été recouvertes, à l'abri du regard des fidèles. Des panneaux célébrant Allah et Mahomet ont été accrochés au siècle dernier à l'intérieur du bâtiment.

Source : Vaticannews, Memri, Ladepeche.fr