Actualités

En Irak, l’épidémie de coronavirus menace toujours les familles les plus pauvres.

FR - 19/05/2020

Pour protéger les plus vulnérables, plus que jamais, votre aide nous est indispensable. Nos équipes sur le terrain ont besoin de vous.

bouton faire un don


« Mon frère et mes deux neveux se sont fait exécuter par Al Qaeda...»

Depuis le 25 mars, les volontaires de SOS Chrétiens d’Orient parcourent les rues d’Erbil pour distribuer des colis alimentaires et d’hygiène aux Irakiens les plus pauvres ne recevant aucune aide de personne. Dans l’urgence, 8000$ ont déjà été alloué à cette vaste « opération coronavirus » et 330 familles ont été visitées.

La semaine dernière, le père Zakaria, prêtre syriaque orthodoxe d’Erbil, m’appelait pour me dire que beaucoup de gens souffraient encore financièrement des conséquences que le confinement a laissées derrière lui. Certaines familles n’arrivent plus à subvenir aux besoins alimentaires de leur foyer et sont obligées de se priver de nourriture.

Tout de suite, notre équipe a décidé de prendre les choses en main. « Mon père, combien de familles ont besoin d’aide ? ». « Une trentaine dans ma paroisse, » me répond-il.

Dieu merci, cela rentrait dans notre budget et nous partions rapidement effectuer les courses nécessaires pour mettre en place la distribution le plus rapidement possible. Sacs de riz, bouteilles d’huile, condiments… nous essayons de faire des colis alimentaires complets et sains pour ces familles dans le besoin.

Ce matin, c’est parti ! L’équipe se lève aux aurores et charge la voiture avant de prendre la direction des premières familles qui les accueillent toujours avec un large sourire et un grand enthousiasme. Que de « merci » et de « Dieu vous bénisse », qui avant tout, vous sont adressés !

sos chretiens orient irak operation coronavirus familles yezidisNous continuons donc notre tournée et passons par la maison de Samaan qui souhaite vous partager son histoire : « Mon frère et mes deux neveux se sont fait exécuter par Al Qaeda quand nous étions à Bagdad. J’ai donc décidé de déménager à Mossoul avant que le sort ne s’acharne une nouvelle fois sur nous avec la prise de la ville par Daesh. Aujourd’hui, nous vivons à Erbil et sommes trop faibles pour travailler. Ma femme a de nombreux problèmes de santé et nous souffrons de troubles psychologiques qui subsistent à cause de l’exécution des membres de notre famille. »

Aujourd’hui, sans enfants pour veiller sur eux,

La tournée matinale se poursuit sous le soleil brillant d’Irak. Le stock de colis alimentaire dans notre voiture diminue au grand bonheur de nos bras qui commencent à voir venir les crampes avec tous ces kilos à transporter.

Nous nous arrêtons chez madame Behnam qui nous accueille avec ses deux enfants. Son mari est parti travailler. Comme tous les jours, il parcourt les rues d’Erbil de 6h du matin à 18h pour vendre des légumes. Ce travail lui permet de gagner entre 5€ et 8€ par jour. « Ce n’est pas grand-chose » nous dit sa femme. « Nous avions une meilleure vie à Mossoul mais nous avons dû fuir. Avec l’arrivé de Daesh, nous avons tout perdu. Je ne peux même pas envoyer mes enfants à l’école car nous n’avons pas assez d’argent pour le bus. Notre loyer nous prend quasiment tout le salaire de mon mari ». Et comme beaucoup d’Irakien, ce dernier doit se faire opérer ; des soins extrêmement luxueux qu’ils ne peuvent pas financer.

Des familles comme celles de Samaan ou de madame Behnam, nous en croisons tous les jours et encore plus pendant cette période de confinement qui ne fait qu’accroitre les difficultés financières déjà quasiment insurmontables auxquelles ces familles, pleines d’espoir, font face depuis des années.

Grâce à vos dons, vous nous avez déjà permis de subvenir aux besoins de 330 familles irakiennes.

Avec 22€, vous achetez un colis alimentaire. Avec 220€, 10 familles peuvent se nourrir décemment pendant 2 semaines.

Pour protéger les plus vulnérables, plus que jamais, votre aide nous est indispensable. Nos équipes sur le terrain ont besoin de vous.

Mon don sauve des vies.

bouton faire un don

Jean-Rémi Méneau, chef de mission en Irak.