Actualités

Irak - Lettre à nos quatre amis disparus.

FR - 20/03/2020

Cher amis,

Je vous écris cette lettre depuis l’Irak, ce pays où nous avons perdu votre trace il y a deux mois maintenant. Que le temps passe lentement sans nouvelle de votre part… Les galères se sont enchainées après votre disparition.

Aujourd’hui, nous ne sommes plus que cinq ici, confinés dans la maison d’Erbil à cause d’une pandémie mondiale. Je vous raconterai tout ça à votre retour mais le monde entier est actuellement à l’arrêt.

Bref, cela fait deux mois jour pour jour que vous avez disparu et vous nous manquez cruellement. Pas un jour ne se passe sans que vous soyez dans mes pensées et dans mes prières. Aujourd’hui, en ce vendredi de Carême, nous avons décidé de prier le chapelet pour votre libération. Tout le monde était très enthousiaste à cette idée. Il faut également que je vous dise : les familles que nous visitons demandent toutes de vos nouvelles. Vous êtes rentrés dans le cœur des Irakiens avec votre investissement et votre joie de vivre.

J’ai pour habitude de prendre ma liberté pour acquise. Il y a deux mois, le destin m’a rappelé que rien n’est acquis, encore moins au Proche-Orient dans des contextes que l’on sait parfois tendus et instables. C’est cependant dans ces endroits du monde que nous réussissons à trouver notre place, au milieu de nos frères chrétiens ayant souffert de la guerre et des persécutions. C’est dans ces endroits du monde que vous avez décidé de passer plusieurs années de vos vies pour servir ces populations qui nous donnent plus que ce que nous leur offrons.

Soyez sûr que je fais de mon mieux pour poursuivre tous les projets sur lesquels vous vous étiez investis jusqu’à maintenant. Les formations, les reconstructions, les donations … nous continuons tout cela et bien plus encore.

Mes chers amis, je sais que vous devez vivre des jours compliqués, peut-être souffrir du froid, d’un manque de nourriture ou tout simplement de l’enfermement loin de vos proches et de votre famille.

Mais je vous connais, je sais que vous êtes forts et qu’il n’y a pas une épreuve qui vous fera perdre espoir. En plus, le monde entier prie pour vous !

Vous voulez que je vous parle de la mobilisation mondiale qu’il y a eu après l’annonce de votre disparition ? Des messes dites pour vous aux quatre coins du monde, des centaines voire des milliers de personnes récitant le chapelet quotidiennement pour votre retour, des prières et litanies à n’en plus finir... Le monde entier est derrière vous dans cette épreuve.

Mes chers amis, je m’arme de patience et d’espoir, je sais que je vous reverrai bientôt mais les jours sont longs dans l’attente de la bonne nouvelle qui tarde à nous parvenir. Je prie afin que vous gardiez en vous l’espoir d'un lendemain meilleur.

Je vous embrasse.

Jean-Rémi, chef de mission adjoint en Irak.