Actualités

Syrie - « Les sanctions économiques nous tuent à petit feu ! »

FR - 18/02/2020

« Comment les États-Unis peuvent-ils être si cruels avec nous ? » me demande Mona, jeune chrétienne syrienne de Homs, témoin du déclin économique de la Syrie. « De plus en plus, les Syriens fouillent les bennes à ordures pour trouver de quoi se nourrir. En trois mois, tous les prix ont augmenté : la viande, le riz, le sucre...

Hier, j'ai vu des personnes se battre pour un kilo de riz et un kilo de sucre ! Vous imaginez-vous ? La plupart de la population vit maintenant avec l'équivalent de 60$ par mois. En plus de tout ça, depuis quelques jours nous n'avons que 10 minutes d'électricité toutes les 6 heures. Que va-t-on devenir ? »

Depuis que le cours du dollar a quasiment doublé, les plus démunis se retrouvent dans une situation catastrophique, une impasse, un désespoir énorme. Les dernières sanctions économiques américaines de décembre ainsi que la situation au Liban n'ont fait qu'empirer un contexte déjà critique.

« Le Liban, avec qui nous entretenons beaucoup d'échanges financiers, connait une contestation populaire de grande ampleur. » 20% des dépôts au Liban appartiennent à des citoyens syriens. Or, pour stabiliser le système bancaire, des mesures de contrôle des capitaux ont récemment été imposées : le retrait de liquidité est désormais limité.

A ces mesures extraordinaires se rajoutent les sanctions américaines qui, non content de punir un gouvernement, affament le peuple syrien et font souffrir la population qui ne cherche qu'à vivre en paix.

« Les sanctions économiques nous tuent à petit feu ! Comment les États-Unis peuvent malgré tout penser qu'ils vont nous désolidariser les uns des autres ?

De nombreux magasins affichent le slogan : « Soutenons la livre syrienne » et se mettent à vendre des produits à 1 livre syrienne (cigarettes, carte sim, ...) pour montrer que l'économie n'est pas morte et que la livre syrienne redeviendra une grande monnaie, » nous raconte Mona avant d'ajouter : « Aujourd'hui, sans les ONG présentes sur place, l'espoir disparaitrait complètement. La présence de SOS Chrétiens d'Orient nous aide à garder la foi en Jésus Christ dans ces moments très difficiles. Merci à eux. »

Mona, chrétienne syrienne de Homs.