Actualités

Témoignage volontaire - Les Occidentaux ont la montre, les Syriens ont le temps.

News - 15/11/2019

Quand nous partons en voyage, quand nous nous engageons dans une association, nous avons toujours quelques attentes. Partir en mission en Syrie, c’est accepter de partir sans aucuns préjugés. Rejoindre SOS Chrétiens d’Orient, même pour deux mois, c’est accepter de plonger radicalement dans un pays, une culture, un mode de vie, où rien ne peut nous rappeler notre pays d’origine. Mais quelle aventure !

sos chretiens orient volontaire maaloula recolteUne jeune occidentale ne part pas en Syrie pour « faire l’aventure », mais pour la vivre. Nous ne rejoignons par une mission humanitaire pour redonner de la stabilité occidentale dans une terre orientale. En fait cette pseudo stabilité s’écroule dès la première marche, à la sortie de l’avion : tout, autour de nous, nous rappelle que loin de nos racines, nous sommes vulnérables, plus que jamais.

Damas, Maaloula. Ce sont peut-être ces deux premiers jours de mission qui m’ont fait réellement comprendre l’enjeu de ce départ. Damas n’a rien d’exceptionnel, si ce n’est, qu’elle cache encore fièrement sous des airs de fêtes, l’état actuel de son pays. Là, rien ne prédit la guerre, si ce n’est les nombreux points de contrôle. Il faut vraiment sortir de Damas, et se diriger vers Maaloula pour réellement voir l’impact de cette guerre sur le pays.

Des kilomètres et des kilomètres de ruines. Je me rappellerais toujours ce silence beaucoup trop bavard dans la voiture de Samer, en traversant la Ghouta. Mais les ruines de la Syrie n’ont pas fini de nous étonner. Si les ruines de Maaloula succèdent à celles de Damas, celles-ci ne sont pas comparables.

Ce village est situé dans une vallée encaissée entre deux montagnes, l’Orthodoxe et la Catholique. Il est l’un des ultimes village, où est encore parlé la langue du Christ. L’un des premiers à être tombé, mais le premier à accueillir des occidentaux avec autant de chaleur.

Si nous sommes venus pour donner, nous sommes aussi, et surtout, venus pour apprendre.

sos chretiens orient syrie khabab volontairesApprendre à recevoir. Que ce soit à Damas, à Maaloula, ou à Khabab, il est assez impressionnant de constater que les personnes les plus touchées par la pauvreté sont aussi celles qui sont le plus aptes à donner, à s’ouvrir et à offrir, à espérer. Un sourire, un café ou un témoignage, tout ce qu’ils ont, ils nous le donnent. Les Syriens ont le sens du partage, ou plus exactement le sens de l’abandon.

C’est ce fameux « Inch’Allah », répété continuellement, et qui, parfois, a le don d’énerver quand il s’agit de mener un projet urgent.

Ils nous le rappellent souvent, si nous avons la montre, eux ont le temps, parce que la Vie n’est pas vue par eux comme une expérience à exploiter, mais bien comme quelque chose dont il faut profiter pleinement, sans forcément penser à demander. Vivre le temps présent ! Compliqué pour un habitué du métro parisien.

Apprendre à espérer. Encore une fois, on ne peut être que marqué par l’espérance qui se dégage des maisons bleues en ruine. Des enfants qui courent, des rires, des chants que rien ne peut arrêter, à l’exception du traditionnel « Ma fi karaba ». Ces enfants pourraient nous en vouloir, en vouloir à cette société consumériste et égoïste, et pourtant ils jouent. Ils ne sont pas assis par terre, maudissant leur sort, mais ils sont debout, ballon sous le bras. Leur regard pétillant nous donne une belle leçon, celle de ne jamais baisser les bras, quel que soit le combat, qu’on le veuille ou non. Du haut de leurs quelques petits centimètres, ces bouts de chou nous apprennent le sens de l’engagement.

Revenir en France, retrouver ses engagements bien occidentaux n’est pas évident. Le décalage est grand, et pourtant, je crois qu’en Occident comme en Orient se joue le même combat, la défense de la Vie. Et d’un côté comme de l’autre, le boulot est grand, alors yallah, et un jour nous y arriverons tous, « Inch’Allah » !

Aliette, volontaire en Syrie.

Viens vivre des expériences incroyables et des aventures inoubliables, rejoins les volontaires en mission.