Actualités

Récit d'un volontaire en quête de Vérité au pays miséreux.

FR - 24/10/2019

Le mardi 18 septembre 2019, mon avion s’envole de Paris direction l’Égypte. Le voyage n’a pas vocation à être touristique. Depuis quelques années d’ailleurs, les activités touristiques ne sont plus en vogue sur le territoire. Pourquoi se rendre en Égypte alors, si ce n’est ni pour voir les pyramides, ni pour visiter les merveilles d’Alexandrie rendues si célèbre par la chanson de Claude François et la chorégraphie de ses Claudettes, et encore moins pour faire des balades en chameau dans le Sinaï ?

Le Sinaï étant encore occupé par des sections de l’État islamique, - dix membres des forces de sécurité égyptienne y ont été abattues le 22 septembre - ce n’est pas forcément conseillé au premier venu.

Fischer Von ErlachQuant à la chanson Alexandrie Alexandra, qui loue la beauté du phare d’Alexandrie, elle ne prend pas en compte sa destruction. Commandé par Ptolémée, l'un des plus grands généraux d’Alexandre le grand en -297 avant Jésus-Christ, il a subi, sur dix siècles, tremblements de terre et incendie avant d’être rasé entièrement par le sultan Qaitbay.

Ce dernier ordonna la construction d’un fort à la place de la septième merveille du monde. Les Pyramides, elles, tiennent encore debout et sont à visiter. L’objet de mon voyage n’est tout de même pas celui-là. Ma mission est celle d’un volontaire de l’association SOS Chrétiens d’Orient.

En février 2015, Jean d’Ormesson lance un cri d’alarme : « les chrétiens d’Orient sont en train d’être exterminés ». Le volontaire de SOS Chrétiens d’Orient répond à cette crise par une présence effective sur place, à leurs côtés. Le premier objectif de l’association, qui s’est créée en 2013, est le suivant : renouer les liens avec les chrétiens d’Orient en apportant, par la générosité des donateurs, une aide humaine et matérielle.

Courant de l’été, lors de la présentation de mon projet à ma famille et mes amis je me suis confronté à une question à laquelle je ne m’attendais pas vraiment : pourquoi partir en Égypte si l’objectif est d’aider les chrétiens ?

Aussi surprenant que cela puisse paraître pour ceux qui ne connaissent le pays que par le film de Alain Chabat, « Astérix et Obélix mission Cléopâtre », il y a des chrétiens en Égypte.

En 43 après la naissance de Notre Seigneur Jésus-Christ, Saint Marc évangélisa le pays avant d’y subir le martyre en 68.

La population autochtone se convertie facilement aux Évangiles, du fait qu’en Marie, ils reconnurent Isis, mère du monde et du Dieu Soleil, Ra. La population des terres pharaoniques se faisaient alors appelée Coptos, ce qui a donné Aecoptos en langue grecque, Aegyptos, égyptiens. Aujourd’hui encore l’Église copte conserve une pratique du culte identique à celui apporté par Saint Marc.

sos chretiens orient egypte bidonville du caire tatouage chretienMalgré l’invasion musulmane des terres chrétiennes - d’Arabie à Poitiers - motivée par les hadiths du « prophète », l’Église des martyrs a résisté. Les treize siècles de dominations de l’Islam ne sont pas venus à bout du christianisme dans le pays. On y retrouve aujourd’hui 15 millions de fidèles. Les prières des martyrs accompagnent encore les enfants en bas âge qui vont se faire tatouer sur le poignet la Croix, symbole d’arrogance et de panache à la signification si forte : « Je suis chrétien et vous n’y changerez rien ».

Chaque jour, notre mission consiste à être aux côtés des handicapés, des enfants et des personnes âgées. Nous organisons aussi des donations aux familles pour qu’elles puissent continuer à manger les deux dernières semaines de chaque mois.

Ce n’est « qu’une goutte d’eau dans l’océan » comme disait Mère Teresa, « mais si cette goute n’existait pas, elle manquerait. » 

Et puis nous sommes bien remerciés pour ce que nous faisons. Ils nous laissent les aider par grande humilité, ils nous sourient tout le temps, et quand ils peuvent nous offrir un thé, parfois avec des gâteaux, ils le font. C’est merveilleux.

Une chose marquante aussi est la dignité de ces personnes qui n’ont rien. A Ezbeth El Nakhl, quartier des chiffonniers du Caire, la population vit du tri des déchets dans un bidonville qui sert de vide-ordure.

sos chretiens orient egypte chiffonniers du caire bidonville ezbet el nakhlApprochez-vous plus près et vous remarquez la posture virile des hommes qui portent les poubelles, la propreté de leurs chemises, et leurs visages marqués par les rides et un sourire indélébile. « Lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air triste, comme les hypocrites, qui se rendent le visage tout défait, pour montrer aux hommes qu'ils jeûnent. » (Matthieu 6.17). Ici la parole de Jésus trouve écho en toutes circonstances, c’est merveilleux.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, très peu de volontaires parlent bien l’anglais et encore moins l’arabe. Au premier abord, on peut se demander comment se fait la communication.

Les échanges se font-ils par mimes, par dessins ou par bruitages ? Qui ne sait se taire ne sait dire. La parole est d’argent le silence est d’or. Pourquoi parler quand on peut se contenter de sourire ?

Nous avons des traducteurs quand ce genre d’arguments rhétoriques ne suffit plus. Parmi eux, le Docteur Adel, ami de l’association. Compagnon de route de Sœur Emmanuelle, il est aujourd’hui âgé de soixante et onze printemps et possède une véritable foi d’enfant. Il emploie son expression favorite « c’est merveilleux » à peu près vingt fois par jours dès qu’il passe quelque part, devant quelque chose, ou qu’il rencontre quelqu’un. Cette redécouverte de la Foi me marquera à jamais.

C’est merveilleux.

Les détails de nos activités manquent peut-être à ce témoignage mais je ne suis arrivé que depuis trois semaines. J'ai déjà parcouru les trois lieux de mission Alexandrie, Ezbeth el Nakhl et le Caire. Les mots se bousculent quand les émotions submergent, après plusieurs mois je serai à même de vous en raconter plus. 

 Jean, volontaire en Egypte.