Actualités

Témoignage volontaire - La Syrie par le cœur et non par les mots.

News - 23/08/2019

L'histoire du peuple syrien est incroyable. Ce peuple, qui vivait en paix, a subi outrages et humiliations physiques et économiques à cause d’une guerre sans fin. Aujourd’hui, leurs quartiers, leur « chez nous » sont enfouis sous les décombres. Ils n’y ont plus leurs êtres chers : certains sont morts, d’autres ont fui.

En tant qu'européen, je m’attendais à voir des chèvres, des bédouins du désert et des petites maisons artisanales. Tout, sauf ce que j’ai vu : des routes fonctionnelles, des ruelles pleines de monde le soir, des maisons bien aménagées. Des paysages magnifiques qui racontent l’histoire des forteresses imprenables, des amitiés de longue date et des amours sans fin. Les villes de Damas avec la magnifique mosquée des Omeyyades, Maaloula avec ses habitants parlant l'araméen et leurs « moush moush » (abricots) et enfin Alep avec sa citadelle imposante.

Le cœur de la Syrie n'est pas enfermé dans les paysages apocalyptiques, qui s’imposent à nous à chaque fois que nous pénétrons dans une nouvelle ville, mais réside dans son peuple. Malgré tout, ce cœur déchiré bat toujours.

sos chretiens orient volontaire italien syrieAlors que, nostalgique, je rentre en Italie, je ne me saisis pas de mon téléphone pour consulter toutes mes photos, je plonge dans mes souvenirs, ceux qui me ramènent en Syrie.

Sabine, Nour, Farah, Heghine, Abdel Al, Rita, Joseph, Marie, Patricia, Hana, Athar, pour n'en nommer que quelques-uns : ce sont eux qui ont façonné ce que j'ai vécu ici. Avec le sourire amer de la guerre mais aussi avec l’espoir dans leurs yeux, ils m'ont fait redécouvrir le sens de l’hospitalité. Une ouverture à l'autre inconditionnelle.

J'ai reçu des cadeaux, été invité à dîner et emmené à des ateliers de travail… On m’a même offert des cigares cubains, alors que je ne fume pas. Jamais je ne me suis senti obligé de donner quelque chose en retour. J’ai redécouvert le simple plaisir de vivre et d’être ensemble. Vivre c’est être vulnérable et s'ouvrir aux autres sans avoir peur de montrer qui l'on est vraiment, c’est être dans le don gratuit.

Au cours de mon voyage, j'ai rencontré beaucoup de personnes « parfaites » qui manifestent un bonheur apparent, mais qui en réalité souffrent terriblement. L'homme est imparfait et c'est en cela que réside sa beauté. Chaque nouvelle rencontre est belle et apprend quelque chose de nouveau sur soi et sur les autres. C’est un cercle infini, le cycle de la vie.

sos chertiens orient syrie volontaire qaraLa Syrie m'a donné cette beauté. Elle m’a fait connaître l'histoire d'Abir, la femme d'un martyr qui prie désespérément pour le retour de son mari prisonnier de Daesh, l’histoire des moines de Qara qui se sont retrouvés sous le feu de l'armée arabe syrienne et des terroristes, de Mike qui, malgré les tirs incessants en bas de sa maison n’a pas perdu l’envie de continuer à vivre et d’espérer en un avenir meilleur.

Un désir profond qui a fini par devenir réalité pour tous ces jeunes syriens qui, pendant dix ans, sont restés cloitrés chez eux. Cela fait réfléchir non seulement sur la brutalité de la guerre, mais aussi sur notre propre vie. « Certains jours, nous pensions y passer, » me confiaient souvent les Syriens. C'est un avertissement à la vie. Quiconque a vécu la guerre sait dorénavant que chaque instant est un cadeau.

Nombreux sont ceux qui meurent spirituellement chaque jour à petit feu car ils ne mettent pas la passion, la volonté nécessaire, la joie fondamentale dans leur vie quotidienne. Et un jour, le moment fatidique arrive où ils se demandent : « si en soixante ans de vie rien n’a changé pour moi, pourquoi ai-je vécu ? ». Il faut donc vivre, vivre avec passion et avant tout aimer son prochain et se donner à lui. Ainsi seulement aurons-nous compris la valeur du cadeau de la vie.

Jacopo, volontaire en Syrie.

A votre tour de partir en mission. Vous voulez vivre des expériences exceptionnelles et des faire des rencontres inoubliables ? Rejoignez les volontaires en Syrie.

sos chretiens orient volontaire syrie alep