Nos actions en Liban

Tout commence le 20 juillet 2014 avec la mission « l’Orient avec Saint Charbel ». Afin d’inscrire son œuvre dans la charité chrétienne, l’association place ses missions sous la protection de Saint Charbel, ermite libanais, saint patron du Liban. Sept Français et un Irakien décollent pour le pays des Cèdres.

 

Cette opération temporaire se transforme rapidement en mission permanente au vu des besoins pressants qui se font sentir dans les villages aux frontières de la Syrie mais aussi dans les grandes villes de Beyrouth et Tripoli.

 

La pression exercée sur le Liban par les vagues de migrations successives déstabilise le pays : hausse du chômage, augmentation du prix des loyers, baisse des salaires, exode rural, fuite des jeunes vers l’étranger. Aux quatre millions de Libanais s’ajoutent désormais plus de deux millions de réfugiés palestiniens, syriens et irakiens. Cette arrivée massive pose d’énormes problèmes économiques, d’autant que le lourd passé du Liban avec ses pays voisins est encore vif et les tensions historiques bien réelles.

 

C’est dans ce contexte unique que SOS Chrétiens d’Orient décide de s’implanter de façon permanente au Liban. Depuis, de Beyrouth, la mission rayonne désormais sur l’ensemble du territoire avec des ancrages profonds dans les provinces et villes libanaises.

 

Pour répondre au mieux aux besoins des populations chrétiennes, les volontaires présents sur place, aidés par des étudiants ou jeunes professionnels libanais, mènent quotidiennement des actions variées. Une grande partie de l’activité des volontaires à Beyrouth et à Tripoli est consacrée à des donations aux familles pauvres libanaises ou réfugiées.

 

Les volontaires se mettent également de façon quotidienne au service « des plus petits ou des plus vulnérables » : enfants, personnes âgées ou personnes porteuses d’un handicap en prodiguant des cours de français, du soutien scolaire, des activités ludiques et culturelles, en servant un repas ou simplement en échangeant un moment ou en priant.

Ces activités sur le long terme favorisent la création et le maintien d’un lien entre les volontaires et les orientaux. Celui-ci s'entretient par la participation active de tous aux anniversaires, repas, activités ponctuelles diverses mais aussi et surtout aux fêtes religieuses et aux offices.

 

En quatre années de présence des volontaires sur le sol libanais, SOS Chrétiens d’Orient a réussi et continue d’accomplir cet objectif notamment avec les personnes âgées aux Restaurants du Cœur, avec les enfants libanais et réfugiés chez les sœurs de la Charité ou à l’école Notre-Dame-des-Anges et avec les blessés de guerre de l’hôpital de Beit Chebab.

 

A partir de décembre 2016, avec l’aide de l’association libanaise Al Nawraj, SOS Chrétiens d’Orient mène des dizaines de projets comme l’irrigation des terres arables à Jabboulé ou l’aide à l’achat de tracteurs et matériels agricoles pour une coopérative agricole à Beit Lahia. L’action s’adresse en priorité aux populations libanaises les plus pauvres, aux chrétiens vivant dans les zones périphériques et isolées comme la plaine de la Bekaa et le Akkar ou encore dans le sud-Liban.

 

Depuis le début de l’année 2018, une antenne permanente a été ouverte à Tripoli. Dans ces quartiers témoins de violents affrontements en 2008, entre les sunnites et les alaouites, les volontaires œuvrent auprès des plus pauvres.

Cliquez sur les points de la carte pour voir la description de nos différentes missions menées en Liban

Carte des missions

Le Dispensaire des Cèdres pour les oubliés du Liban

sos chretiens orient Liban

Urgence, urgence sanitaire, urgence humanitaire, urgence économique, urgence sociale, le Liban est plus que jamais plongé en état d’urgence. Le taux de chômage dépasse les 60 %, les famil...

En chiffres

16 Volontaires sur place

5 Projets en cours

185 Projets réalisés

4 lieux de missions

Les projets en cours

<

22/06/20

Le Dispensaire des Cèdres pour les oubliés du Liban

Urgence, urgence sanitaire, urgence humanitaire, urgence économique, urgence sociale, le Liban est plus que jamais plongé en état d’urgence. Le taux de chômage dépasse les 60 %, les familles vivant sous le seuil de pauvreté atteignent 45 % de la population, la valeur de la livre libanaise a chuté de 350 %. Le Liban est en proie à de multiples crises, incapable de conjurer tous ces maux qui se surajoutent les uns aux autres. L’imprévisible épidémie, relativement contenue au Liban, ne fait que renforcer la crise économique déjà en cours. Elle appauvrit les familles déjà pauvres, isole les vieillards déjà esseulés, affaiblie les malades. Les Libanais, usés depuis plus d’un an par une crise qui traîne en longueur, sont maintenant bel et bien ruinés. Se soigner est devenu un luxe auquel on renonce pour le plus essentiel : se nourrir.

La misère que nous côtoyons s’accroît chaque jour. Elle s’accompagne d’une amertume grandissante, malgré l’ineffable joie de vivre de ses habitants. De ce peuple multiséculaire, entreprenant, fier navigateur et fondateur d’innombrables citées autour de la Méditerranée, il ne reste que peu, tant l’histoire l’a ébranlé. Nombre de nos amis libanais nous racontent les guerres récentes qu’a traversé le Liban, mais jamais, jamais ils n’ont vécu pire que cette pandémie.

15/04/20

Crise économique et coronavirus : au secours des familles pauvres libanaises

Au sud du Liban, à la frontière israélienne, Rmeich est le plus grand mais aussi l'un des seuls villages chrétiens du sud du pays, le reste de la région étant à majorité musulmane.

Pouvez-vous vous projeter dans le quotidien des chrétiens libanais à la frontière ? Savez-vous réellement ce qui s’y passe ? Nous n’ignorons pas que cette région a vu de nombreux conflits, que la vie y a été mouvementé encore très récemment. Mais le quotidien des habitants de ces régions nous échappe. Et si vous saviez ? Pensez-vous que vous pourriez prendre pleinement conscience de ce que cela signifie ?

Depuis 2017, les volontaires SOS chrétiens d’Orient aidés de Jacques, un franco-libanais, assurent une présence auprès des populations de Rmeich et des villages alentours. Avec la crise économique qui frappe le pays, les Libanais se seraient bien passés d’une pandémie qui met à mal les quelques sources de revenus qui leur restent.

De nombreuses famille ne sont plus en mesure de se nourrir et de vivre dans les conditions d’hygiène minimales et nécessaires à la lutte contre le coronavirus.

25/07/19

Facilitez l'accès à l'éducation des enfants libanais

Kobayat, village d'environ douze mille habitants, est le plus grand village chrétien de la région montagneuse du Akkar. Grâce à son agriculture, il fut longtemps considéré comme un garant de la stabilité économique. Lors de la guerre civile, de nombreux incendies ont grandement participé au déboisement des terres.

Aujourd'hui, ce dernier est victime de l’émigration des familles chrétiennes et peine à maintenir son identité, tant historique que spirituelle. Pour cette raison, l'association libanaise Al-Nawraj a fait appel à SOS Chrétiens d'Orient afin d'aider financièrement à l'agrandissement de l'école chrétienne de Kobayat.

12/07/19

Un tracteur pour les agriculteurs d’Alma.

Dans le district de Zgharta, depuis plus d’un siècle, les chrétiens maronites et musulmans sunnites du village d’Alma vivaient de l’agriculture des terres fertiles. Avec les conflits armés, les terres arables ont été délaissées, puis abandonnées. Envahies par des roches imposantes et des mauvaises herbes tenaces, elles sont désormais totalement improductives. Un travail isolé de déblaiement ne suffira pas à assurer une culture pérenne de ces parcelles de terres.

26/06/19

Rénover les sanitaires de l'école Saint-Elie

Bhamdoun, ville située dans la vallée de Lamartine, présente encore les stigmates de la guerre passée. Sur la route, des bâtiments criblés de balles peinent à tenir debout et témoignent de la violence que la population chrétienne a pu subir tout au long de la guerre civile, et notamment lors de la chasse des chrétiens de Bhamdoun en 1983. C’est pour cette raison que William, fonctionnaire de la ville, nous a invité à visiter l’école maronite de Saint-Elie, où nous sommes alors reçus par sœur Agathe, directrice de l’école.

18/06/18

Luttons contre la faim

Au Liban, la misère ne frappe pas que les communautés rurales isolées mais étend son ombre jusqu'au cœur de la capitale. Dans les quartiers populaires comme celui de Bourj Hammoud les ordures s'entassent, la pollution est suffocante, les immeubles insalubres côtoient les friches industrielles.

Traditionnellement occupé par la communauté arménienne qui en pavoise les rues de ses couleurs rouge, bleu et orange, ce quartier a accueilli plus récemment nombre de chrétiens fuyant leur pays en guerre. C'est là que les volontaires de SOS Chrétiens d’Orient rendent visite aux familles démunies, pour tenter de répondre à leurs besoins immédiats, mais aussi écouter leur témoignage, partager des moments de convivialité, et leur apporter le soutien des familles françaises.

14/02/18

Urgence familles Tripoli

Dans la cité pleine de vie de Tripoli, les murs sont criblés de balles. Les photos des martyrs accrochés aux balcons témoignent d’un passif douloureux. La pauvreté est flagrante. Les chrétiens ont souffert de la guerre, entre les communautés Sunnites et Alaouites. Il y a 45 ans, les chrétiens représentaient 75% de la population tripolitaine. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 25%.

 

>