LE DISPENSAIRE DES CèDRES POUR LES OUBLIéS DU LIBAN

Urgence, urgence sanitaire, urgence humanitaire, urgence économique, urgence sociale, le Liban est plus que jamais plongé en état d’urgence. Le taux de chômage dépasse les 60 %, les familles vivant sous le seuil de pauvreté atteignent 45 % de la population, la valeur de la livre libanaise a chuté de 350 %. Le Liban est en proie à de multiples crises, incapable de conjurer tous ces maux qui se surajoutent les uns aux autres. L’imprévisible épidémie, relativement continue au Liban, ne fait que renforcer la crise économique déjà en cours. Elle appauvrit les familles déjà pauvres, isole les vieillards déjà esseulés, affaiblie les malades. Les Libanais, usés depuis plus d’un an par une crise qui traîne en longueur, sont maintenant bel et bien ruinés. Se soigner est devenu un luxe auquel on renonce pour le plus essentiel : se nourrir.

La misère que nous côtoyons s’accroît chaque jour. Elle s’accompagne d’une amertume grandissante, malgré l’ineffable joie de vivre de ses habitants. De ce peuple multiséculaire, entreprenant, fier navigateur et fondateur d’innombrables citées autour de la Méditerranée, il ne reste que peu, tant l’histoire l’a ébranlé. Nombre de nos amis libanais nous racontent les guerres récentes qu’a traversé le Liban, mais jamais, jamais ils n’ont vécu pire que cette pandémie.

Norma, habitante de la région de Tripoli.

Le coronavirus est très mauvais pour le Liban. Plus personne ne reçoit d’aide ici, il n’y a plus de travail, les prix ont été multiplié par quatre. Avant, tout le monde se rendait visite. On allait chez les uns et chez les autres, on s’entraidait. Mais aujourd’hui c’est très difficile. On ne peut plus ni aider, ni être aidé. Même pendant la guerre ça n’était pas comme ça ! On s’aidait, on trouvait des ressources, on s’engageait, aujourd’hui plus rien.



A la suite d’un échange avec Sœur Agnès, mère supérieure du couvent Saint-Jacques-le-Mutilé, SOS Chrétiens d’Orient a pris la décision de sillonner les routes du Liban pour procurer des soins médicaux gratuits à plus de 1000 Libanais n’ayant plus les moyens de se soigner. Consultations, soins, analyses de sang, test de coronavirus et examens médicaux plus poussés (pédiatrie, gynécologie, ORL etc.), le dispensaire sera entièrement équipé par l’armée libanaise qui assurera notre sécurité tout au long de notre mission.

Pour faire rouler le « Dispensaire des Cèdres » nous avons plus que jamais besoin de vous ! Cette première mission durera environ un mois, pendant lequel nous irons de village en village dans les régions de Koura, Batroun et Jbeil. Nous procurerons des soins gratuits à plus de 1000 personnes, soit environ 38 personnes par jour. Pour cela 50 000€ seront nécessaires :

  • Rénovation du dispensaire
  • Réinstallation du matériel médical
  • Installation d’un générateur pour l’électricité en continue dans le dispensaire
  • Mobiliers, (tente barnum, tables et chaises pour l’accueil des patients)
  • Matériel de travail médical (pour les médecins et infirmières)
  • Location camionnette/van (pour le transport du personnel médical et des volontaires)
  • Matériel Covid19 (tests, gants, masques, gels…)
  • Achat des médicaments
  • Logement des personnels médicaux et volontaire au fur et à mesure

Il faut savoir qu’au Liban les familles ne peuvent compter sur aucune aide du gouvernement, ou bien très minimes. Une grande majorité de ces familles n’ont pas de retraite, ni d’assurance maladie et encore moins de mutuelle santé qui sont hors de prix.

C’est là l’œuvre du virus, qui, non content de paralyser le pays, plonge lentement mais sûrement le Liban dans le gouffre. Et encore, cette mort-là est-elle identifiée. Mais bientôt, famine et autres maladies emporteront les ultimes résistants. Famine ? Le mot est dur mais je l’assume tant il ressort dans la bouche même de nos amis. Malgré la fertile plaine de la Bekaa, le Liban dépend énormément des importations, rendues difficiles par l’épidémie. Maladies ? Encore une fois le mot est juste tant la situation sanitaire, déjà dégradée avant le coronavirus, s’est détériorée vitesse grand V.

Mon don sauve des vies.

AIDEZ-NOUS ICI À LES AIDER LÀ-BAS

DEVIENS VOLONTAIRE !

Vous souhaitez vivre une aventure hors du commun ?

SOS Chrétiens d’Orient recherche en permanence des volontaires pour apporter une aide concrète aux populations chrétiennes persécutées. Grâce à un protocole strict et des dispositifs de sécurité pointus, l’association a envoyé plus de 2000 volontaires au cœur des zones sinistrées sécurisées du Proche-Orient.

Actuellement, elle assure une mission permanente en Irak, au Liban, en Syrie et en Égypte, ainsi que des missions ponctuelles en Jordanie, en Arménie et en Éthiopie pendant certaines périodes de l’année (noël et été).

Que vous soyez en congé, en année sabbatique ou à la retraite, vous avez la possibilité de partir à tout moment de l’année.

Partez ! Abandonnez-vous et rayonnez ! Vous reviendrez changés et forts de vous être confrontés à une autre réalité et culture. Ne laissez pas vos craintes vous tétaniser et vous empêcher de vivre une expérience hors du commun.

Vous souhaitez avoir des renseignements ou envoyez votre candidature afin de partir comme volontaire. Contactez notre responsable des volontaires :

volontaires@soschretiensdorient.fr