Actualités

#2 Podcast - « J'étais frappé de voir des jeunes venir m'aider chez moi. »

News - 07/03/2019

Le Dr Fahim, docteur en psychologie, nous reçoit chez lui pour nous raconter son histoire.

« J’ai perdu la vue par accident à l’âge de 18 ans. A ce moment-là il n’y avait pas d’école pour les non-voyants. Pourtant je voulais poursuivre mes études. Mais j’étais seul, personne ne me soutenait. J’ai beaucoup lutté pour continuer et ne pas abandonner. J’ai suivi des études de psychologie et sur les non-voyants en France et en Angleterre, avant de revenir dans mon pays. J’ai fondé l’association « Les amis de l’aveugle », pour se faire rencontrer les voyants et les aveugles.

Avant notre rencontre, j’ai prié. J’ai imploré Dieu : « SOS mon Dieu, j’ai besoin de quelqu’un qui me fasse la lecture en français ». Sans pratiquer la langue, j’allais l’oublier et je ne le voulais pas. De temps en temps, des amis français au Caire me font la lecture. Puis, vous êtes venus. J’ai été  frappé de vous voir m’aider chez moi. Ça c’est vraiment quelque chose de très important et de très apprécié ; je suis très reconnaissant de ces jeunes-gens qui viennent m’aider pour la lecture. »

Une fois par semaine environ, les volontaires font la lecture en français au Docteur Fahim. C’est important pour vous de ne pas oublier le français ? »

« Non ! Je ne veux l’oublier à aucun prix. Je voudrais surtout continuer à lire des livres de psychologie en français. Je me considère toujours étudiant en psychologie, quoi que je fasse. »

Savez-vous lire le braille docteur ?

Oui.

Vous avez appris au moment de votre accident ?

« Non pas tout de suite. Quand j’ai perdu la vue, j’étais perdu, je ne savais que faire. J’étais tout le temps dans la maison, je ne sortais pas...Mais quelques temps plus tard, j’ai fini par l’apprendre. »

Et comment se passe la vie en Égypte pour les aveugles ?

« Au début, c’était très difficile. Maintenant la vie est normale. Les non-voyants peuvent poursuivre des études supérieures à l’université et font beaucoup de choses. Notre président s’occupe bien des aveugles et des handicapés. »

Merci beaucoup docteur, sachez que nous sommes également très heureux de venir vous faire la lecture une fois par semaine.

« Et je suis très heureux de vous recevoir. Vous êtes des personnes charmantes et je vous aime beaucoup. Je suis reconnaissant de ce que vous faites pour moi, que vous veniez au Caire jusque dans ma maison, je suis très touché et très reconnaissant. Merci beaucoup. »

Merci beaucoup à vous, nous allons bien prier pour vous.