Actualités

Sœur Emmanuelle : la joie du don gratuit de soi

News - 20/10/2018

Le 20 octobre 2008, sœur Emmanuelle était rappelée à Dieu dans sa 99° année. 10 ans plus tard, nous nous souvenons de cette petite sœur des chiffonniers du Caire.

En 1971, à 63 ans, elle décide de partager la vie des plus démunis et, avec l’autorisation de sa congrégation, part s’installer à Ezbet el Nakhl, l'un des bidonvilles les plus pauvres du Caire en Égypte. Ici, hommes, femmes et enfants survivent en arrachant à une décharge quelques chiffons. Elle y partage pendant plus de 20 ans la vie des chiffonniers et y fonde une communauté pour venir en aide aux enfants. Elle consacre alors toute son énergie à faire construire des écoles, des jardins d’enfants, des dispensaires. 

Actuellement, quinze volontaires sont présents en permanence dans ce quartier pauvre pour venir en aide à ces enfants. 

Derrière une grande porte de métal renforcé se trouve l'un des plus grands trésors laissé par sœur Emmanuelle. 10 ans après sa mort, les Sœurs de la congrégation des filles de Marie ont repris son combat et l'école Mahaba accueille désormais 3.000 élèves.
Claire et Leyre, volontaires de l’association raconte : « Lorsque nous sommes arrivées la première fois dans l'école, nous avons été surpris par l’odeur nauséabonde se dégageant de la rue. La magnifique école semblait être un petit îlot de propreté et de confort ; c'est sans compter le centre de tri qui se trouve au sud des murs de l’école. Bruyant et odorant, il n'empêche pas les enfants de s'extasier de tout. Même de la simple venue de volontaires. Notre venue provoque une vague de joie et d'allégresse. Partout, où nous passons les enfants viennent nous saluer et rigoler quelques instants.

Les cours d'anglais que nous donnons sont un moment d'échange entre les volontaires et les élèves qui partagent la même foi dans le Christ. Les petites filles si attendrissantes nous donnent du baume au cœur pour continuer nos activités. Et bien souvent, nous rentrons, exténuées ! »


Que l’action vivifiante de Sœur Emmanuelle, son dévouement sans faille et sa recherche d'absolu, inspire nos volontaires de la Génération SOS pour que toujours ils se fassent petits auprès de ceux qu'ils servent.

« J'ai pensé à vivre d'amour, et je crois en effet que l'amour est éternel. Plus fort que la mort. La mort attaque tout ce qui est matériel. Mais tout ce qui est don, ce qui est gratuit, ne peut pas mourir. »