Actualités

Témoignage volontaire en Arménie - Les Croix n'ont pas brisé leurs vies.

News - 22/10/2021

SOS Chrétiens d’Orient envoie des volontaires tout au long de l’année. Comme Raphaëlle, venez vivre une expérience inoubliable en Arménie. 

Par jour, la mission d'un volontaire coûte 33€ à l'association. Si vous ne pouvez pas partir, parrainez un volontaire, faites un don.


« On m’a trop donné bien avant l’envie, j’ai oublié les rêves et les mercis, toutes ces choses qui avaient un prix qui font l’envie de vivre et le désir et le plaisir aussi » ces paroles de Johnny résonnent dans ma tête depuis que j’ai quitté ma mission…

sos chretiens orient armenie capitale erevanCela fait quelques heures que mon avion a décollé et que les souvenirs s’amassent dans mon esprit en une longue file indienne attendant patiemment que mon cœur les passe en revue. Tandis qu’ils s’agglutinent ainsi, toujours plus pressants et toujours plus criants, mes yeux portent au loin et, telles de petites diapositives, se font le miroir de ces jours arméniens. Je prends alors vraiment conscience qu’on m’a trop donné à moi aussi et que ce seul mois loin de France, loin de ma petite maison provençale m’a ramenée à l’essentiel.

Après cette année à rester derrière un écran d’ordinateur à suivre fastidieusement des cours abstraits, après ces longs mois à vivre dans une petite chambre d’étudiante me retranchant ainsi de tout contact humain, après cette barrière invisible due au covid qui commence à se créer inexorablement entre soi et autrui, l’Arménie m’a redonné l’envie de me tourner vers les gens, m’a donné une envie pressante d’améliorer, à une petite échelle, la vie de personnes dans le besoin et m’a fait remercier le Bon Dieu de pouvoir palper la foi vive des chrétiens d’Orient dans leur quotidien.

Partir avec SOS Chrétiens d’Orient était un véritable rêve depuis deux ans et mon arrivée à Goris, au Sud-Est de l’Arménie, a été bien plus enrichissante que je ne le pensais. J’ai donc eu la grande chance d’être envoyée assez rapidement “en province” après une semaine étouffante et très peu remplie à Erevan, la capitale, où j’avais l’impression d’adopter davantage les faire d’une touriste occidentale que d’une volontaire déterminée, rôle que j’étais pourtant venue résolument chercher.

sos chretiens orient armenie volontaire cimetiere erablur erevanCes moments de visite m’ont tout de même plongée dans l’atmosphère douloureuse et profondément patriote des Arméniens. Devant moi, des milliers de drapeaux aux couleurs rouge, bleu et orange flottant dans le courant souple de l’air, formaient une mer tricolore sous le regard imposant et glacé de l’Ararat enneigé… tel était le spectacle émouvant qu’offrait le cimetière militaire dans lequel j’étais venue me recueillir. « 1999-2020 » pouvais-je lire sur plusieurs tombesquel choc, ces soldats avaient mon âge quand ils ont offert leur humble vie à leur pays. Ils étaient partis vaillamment un matin de septembre pour ne plus jamais revenir.

Des questions me taraudaient : serai-je à la hauteur de perpétuer moi aussi leur œuvre en allant à la rencontre de leurs enfants, sœurs, parents et grands-parents en leur offrant un peu de mon temps ? Serai-je en mesure de continuer pacifiquement leur combat en distribuant des sourires, en tendant des mains, en accomplissant les missions qui devaient m’être confiées et en priant mon chapelet ?

Les tombes défilaient sous mon regard, triste et abasourdi en présence de tant de peines. Il y avait un décalage perceptible entre la sérénité des jeunes corps reposant sous la terre, les roses et les portraits et les vivants plus âgés qui restaient debout désireux de faire cesser ces horreurs. Le ton de la mission était donné. J’étais en présence d’un peuple endeuillé par une guerre récente, toujours dangereusement confronté, provoqué et humilié par son ennemi azéri et qui avait besoin de voir de jeunes chrétiens comprendre leur douleur.

« Il est difficile d’avoir 20 ans en 2020 », disait Emmanuel Macron à la jeunesse française évoquant le fait qu’elle ne pourrait pas profiter pleinement de sa vie au cours de l’année car privée de tel ou tel bar ou de telle ou telle discothèque. J’avais ressenti cette difficulté mais qu’est-ce qu’elle m’apparaissait maintenant bien moindre au vu de la vie qu’avaient dû mener ces jeunes soldats. Vie difficile mais combien plus pleine et plus profonde que la plupart des nôtres. D’un point de vue français, les mots du président sonnaient creux tandis qu’au prisme arménien ils prenaient un véritable sens : oui en 2020, en Arménie, de jeunes hommes de 20 ans avaient perdu la vie et d’autres allaient la perdre. Dans ce pays il était dur d’avoir 20 ans en 2020.

sos chretiens orient armenie equipe des volontaires en missionCe fut donc à Goris que j’ai pu me sentir utile en participant activement à la vie de la mission. Les cinq volontaires, déjà présents sur place, me firent confiance et un climat d’entraide et de joie se créa immédiatement. Enguerrand, Axel, Déodat, Marie, Astrid, merci pour votre engagement plus long que le mien, qui permet de belles actions au sein de la petite ville. Évaluations, donations, cours de français, bonne mise en œuvre des projets me furent expliqués et je pus revêtir le tee-shirt SOS pour accomplir fièrement mes tâches.

Ces différentes activités me permirent de rencontrer des Arméniens que je n’oublierai pas de sitôt. Melania, Carmen, Serob…autant de personnes sur le front desquels la guerre a laissé sa douloureuse empreinte et ses séquelles.

sos chretiens orient armenie volontaires et armenienne de gorisMelania, cette femme septuagénaire qui a perdu son mari et son fils en octobre 2020 et qui, depuis ce jour, se débrouille pour pourvoir à ses propres besoins ainsi qu’à ceux de sa petite fille Suzie. Elle nous réserve toujours un accueil chaleureux lorsque nous passons la voir et aime pouvoir décharger son sac de peines en nous confiant ses douleurs.

Etre volontaire avec SOS Chrétiens d’Orient, ce n’est pas seulement faire des activités, c’est aussi savoir s’asseoir à une table pour prêter une oreille attentive et bienveillante aux propos souvent tragiques des gens et les rassurer de notre mieux soit par des mots, soit par une aide concrète.

Carmen et Serob eux sont deux déplacés d’Artsakh. Malgré ses soucis oculaires qu’elle ne peut soigner, Carmen a un rêve de théâtre ambulant et ses yeux pétillent en l’évoquant. Elle s’accroche tellement fermement à ses rêves qu’en fermant les yeux, nous pouvons l’imaginer sur les places de différents villages réjouissant le cœur des petits et des grands par ses spectacles animés de marionnettes.

Quant à Serob, ce commando arménien à l’âme profonde, il se reconstruit dans le métier bien plus humble d’agriculteur. Avec quel courage tous ces gens vivent… On leur a ôté leurs époux, fils et frère, on les a arrachés à leur terre natale, on les a privés de leurs ressources et pourtant ils sont là devant moi à me sourire en me proposant des fruits de leur jardin et une boisson chaude. Comment leur dire que ni le thé, ni le café me réchauffe mais bien leur acceptation des croix qu’ils portent admirablement.

« Regardez les oiseaux du ciel, ils ne sèment ni ne moissonnent et pourtant leur Père qui est dans les cieux les nourrit » Les Arméniens, confiant en Dieu, savent s’abandonner à la Providence divine. J’ai directement été frappée par la sérénité et la douceur du paysage arménien, par la beauté des églises et par les croix trônant sur les montagnes. En posant régulièrement leur regard sur la croix, ce n’est pas la douleur qui les anime mais la confiance. Les Arméniens m’ont appris à regarder différemment la croix car il y a un véritable apostolat à travers elle que je peux mener en France. Ma vraie mission peut commencer avec mon atterrissage.

« Seigneur, là où sont les ténèbres que je mette la lumière, là où est la tristesse que je mette la joie ».

Raphaëlle, volontaire en Arménie.


 

SOS Chrétiens d’Orient envoie des volontaires tout au long de l’année. Comme Raphaëlle, venez vivre une expérience inoubliable en Arménie. 

Par jour, la mission d'un volontaire coûte 33€ à l'association. Si vous ne pouvez pas partir, parrainez un volontaire, faites un don.