Actualités

Liban - Les travaux agricoles du sanctuaire de Saint-Antoine.

News - 21/01/2021

Depuis plusieurs années, les volontaires viennent en aide aux habitants du village chrétien de Qaa situé à cinq kilomètres de la frontière syrienne au bout de la plaine de la Bekaa en plein fief chiite. Entre les activités avec les enfants du CLAC et les visites aux familles, ils effectuent régulièrement des missions auprès du Père Jean Nasrallah, un prêtre grec-catholique qui s'est donné comme mission d'ériger un sanctuaire troglodytique. Cette semaine du mois de novembre, ils ont rendez-vous à la ferme du Père Jean pour y récolter les olives.

« C’est mardi matin. Il est temps pour nous de partir. Depuis 6 heures, le soleil couvre la terre de son manteau d’or et de chaleur. A travers la vitre de la voiture, la Bekaa, plane comme une mer apaisée, est cernée par les montagnes encore couverte du voile vaporeux de la brume matinale. Nous roulons pendant une quinzaine de minutes, passant le point de contrôle, pour atteindre l’église Saint-Antoine, à l’extérieur du village de Jdeideh.

sos chretiens orient liban village de qaaSaint Antoine est une église qui fut construite sur un terrain abandonné par le Père Jean et une poignée de paroissiens il y a moins de 20 ans. Il n’y avait rien au début et maintenant cette maison de Dieu se dresse fièrement, oasis des âmes et gardienne de la petite ferme qui l’accompagne et du potager que le maître des lieux a semé. « Tout ce que j’ai fait, je ne l’avais pas projeté. C’est en posant une pierre après une autre pierre que tout, ici, a pris forme » me confie le Père Jean. Depuis un an, les volontaires lui viennent en aide et lui prêtent main forte dans les diverses activités que réclame l’entretien d’une ferme.

Ce n’est pas le travail des chantiers, des donations ou des activités avec les enfants. C’est quelque chose de tout à fait différent. Un travail qu’en France ma génération ne connaît pas. Mes grands-parents étaient des amoureux des jardins et aujourd’hui je découvre ce à quoi ils ont consacré leur vie : l’amour de ce qui pousse et grandit grâce à l’union des éléments et des hommes.

sos chretiens orient liban volontaire recolte olive a qaa dans la bekaaEn cette saison de récolte des olives, nous accompagnons le Père Jean dans un verger, non loin de Saint-Antoine. L’oliver est capricieux, aussi avare que généreux, réclamant parfois des attentions brèves et bien souvent des soins infinis. Avec nos mains nous faisons glisser les fruits des branches qui tombent comme une lourde averse sur les bâches disposées tout autour. Les gouttes vertes et noires résonnent et s’éparpillent sur la surface blanche. Aucune ne doit être oubliée. Il en faut tellement pour produire un seul litre d’huile que nous les traquons sans pitié : grimpant au sommet des arbres, rampant sous les branchages, passant nos mains et nos têtes à travers l’épais feuillage.

Pendant plus de quatre heures nous sommes d’infatigables chercheurs d’obsidiennes et d’émeraudes. Enfin, quand il n’y a plus une seule olive, nous les rassemblons au centre et les déversons dans de grands sacs qu’il reste à ramener à Saint-Antoine, où ces fruits bénis de la Méditerranée connaîtront leur parfumé ou gouteux destin.

Fastidieux ouvrage que d’alléger ces arbustes de leur trésor ! Mais la journée n’est pas finie et il y a encore bien du travail. Dans la maison du Père, les sceaux d’aubergines côtoient les bassines de piments et les cageots de tomates, les sacs de thyms et de romarins cohabitent avec les saladiers de grenades et les plateaux de basilics. Les poules vadrouillent près des moutons et les chats s’étonnent devant les oies bavardes.

sos chretiens orient liban volontaire recolte citrouille a qaa dans la bekaaAprès la récolte des citrouilles, le ramassage du bois, le désherbage du potager et quelques câlins aux deux petits chiots de Père Jean il est temps de s’occuper du maïs. Gardé dans un grenier sur le toit de l’église, le maïs repose en grand tapis pâle dans le noir. Nous les déshabillons de leur robe verte pour mettre à jour de minuscules lingots d’or encastrés comme les briques d’une cité légendaire. L’épis doré est mis à sécher dans le grenier alors que les restes de ses haillons sont offerts aux moutons affamés.

sos chretiens orient liban pere nasrallah sanctuaire saint antoine qaaQuand le soleil a cédé sa place à la lune et aux étoiles, nous descendons sous la terre. Dans une grotte creusée par le Père Jean et d’anciens volontaires, nous terminons cette journée par une messe. Comme les premiers chrétiens, sous le joug des empereurs de Rome, nous recevons la sainte communion dans l’ombre des couloirs souterrains.

Après une bonne nuit de sommeil et une matinée encore bien chargée, il nous faut retourner à Qaa, quitter ce refuge de simplicité car, comme dit le proverbe : toutes les bonnes choses ont une fin. La semaine prochaine nous reviendrons. Nous savons qu’il y aura toujours des choses à faire ici et le Père Jean rumine déjà de nouveaux projets. Son œuvre n’est pas encore achevée. D’autres animaux doivent arriver et un nouvel abri devient nécessaire pour les accueillir. Aidez-nous à soutenir les entreprises du Père Jean.

Grâce à un don de 33 euros vous permettez à un volontaire de venir à Qaa pour embellir le sanctuaire de Saint-Antoine, où les chrétiens des alentours viennent trouver la nourriture de leur corps et la guérison de leur âme. Nous voulons préserver cette amitié avec le Père Jean, que les anciens volontaires ont tissé grâce à leurs efforts, parce que cet endroit est la preuve que le Royaume des cieux, que nous attendons tous, ne descendra pas du ciel dans le tintamarre des projecteurs et des guitares : il naîtra uniquement du courage et de l’action quotidienne des âmes de bonne volonté. »

bouton faire un don

Jeanne, volontaire au Liban.