Actualités

Carnet de bord en Syrie #2 - Sous les cendres, l’espoir d’une nouvelle récolte.

News - 12/10/2020

sos chretiens orient syrie incendie foret hama village flamme siteLa Syrie brûle.

Pendant trois jours, une série d’incendie a dévoré les vastes étendues agricoles syriennes de Homs, Tartous et de Lattaquié. En pleine saison des olives, pommes et raisins, la forte sécheresse et les feux en résultant mettent en péril une année de récoltes.

Les terres asséchées brûlent. Aux abords des maisons, une chaleur étouffante pousse les habitants à déserter les lieux. La nuit, depuis le ciel, les étendues rougeoyantes évoquent des coulées de lave dévastatrices et voraces. Ceux qui n’assistent pas à l’événement tragique depuis le pas de leur porte le découvrent à la télévision syrienne.

« Ces images sont apocalyptiques. Notre histoire brûle de l’intérieur. (…) Nous ne méritons rien de ce qui nous arrive depuis 10 ans. Le bain de sang et les sacrifices mènent à ça ? J’ai vu des personnes âgées se battre contre les flammes à mains nues, des pompiers en pleurs pour la première fois. Assez. Cela devrait être crié depuis tous les toits. Assez! » publie une Syrienne sur son mur Facebook.

Mais après plus de 30 heures de lutte contre le feu, les principaux foyers ont été maitrisés par les pompiers, les militaires et des civils. Mais le mal est fait. Les 156 départs de feu ont laissé dans leur sillage cendres et désolation. Selon le Ministère syrien de la santé, trois personnes ont péri dans les centaines d’hectares de zone calcinée et 70 ont été hospitalisées pour des problèmes sévères d’asphyxie. 143 villages ont été endommagés et 27 000 familles touchées. L’entrepôt de tabac de Qardahah s’est effondré suite à l’incendie et l’hôpital de la ville a été piégé par les flammes.

Il y a une semaine, une équipe de SOS Chrétiens d’Orient s’est rendue dans la campagne d’Hama pour constater les dégâts d’une première vague d’incendie ayant frappé Ayn Halaqeem et Hazur. Avec les anciens du village, notre équipe a étudié le projet de reboisement des terres incendiées. Joséphine, volontaire en Syrie, raconte le voyage.

sos chretiens orient syrie incendie foret hama volontaires groupes montagne site« Depuis mon arrivée, je ne cesse de visiter des chantiers de reconstruction de maisons ou d’églises. Des murs, aux toitures en passant par les fenêtres, tout est à refaire. Mais aujourd’hui, je découvre un chantier bien différent dans un funeste paysage. Nous nous rendons dans la campagne d’Hama, dans deux villages en cendres : Ayn Halaqeem et Hazur. L’incendie a ravagé maisons et végétation, ne laissant que les habitants ruinés par ce désastre.

Bien que le milieu du mois d’octobre pointe le bout de son nez, la chaleur reste étouffante. Sur le chemin, j’admire, par la fenêtre de la voiture, les paysages toujours parés de leurs couleurs d’été : les grandes collines désertiques s’étendent à perte de vue, avec ici et là, quelques arbustes qui résistent à cette fournaise. Je reste perdue dans ma contemplation malgré le cahotement de la voiture. Les nombreux cailloux qui passent sous les roues nous font vaciller de droite à gauche, nous nous agrippons aux portières et aux sièges pour ne pas être projetés sur les vitres. Les pneus laissent une trace linéaire sur le sable, bien vite effacée par le vent.

Je suis déjà nostalgique de mes premiers jours en Syrie. Les yeux remplis d’admiration et de stupéfaction, je découvrais ce si beau pays et je ne pensais pas m’y attacher autant. Aujourd’hui, je suis toujours admirative. Ces montagnes, ce désert, je ne retrouverai rien de tel en France. Mon regard pétille devant les herbes hautes aux couleurs du soleil et les sapins si majestueux. Ce spectacle me fait oublier les incommodités de la route.

A notre arrivée, nous sommes reçus par le maire et le prêtre du village qui nous raconte leur histoire. Dans cette région très aride, l’économie repose principalement sur la culture d’oliviers, de champs de pommes et de vignes. 

La discussion étant en arabe, je ne comprends pas ce qu’ils se disent mais les yeux du maire en disent long sur ce qu’ils ont vécu. Il semble très anxieux de trouver une solution pour sortir son village de cette catastrophe. Le prêtre, lui, voit l’aspect plus spirituel de la chose. Il remercie le Ciel que tous les habitants aient pu s’en sortir sains et saufs. Cette façon de toujours remercier Dieu même s’ils ont tout perdu me laisse sans voix et remplie d’une profonde admiration.

sos chretiens orient syrie incendie foret hama nature cendres montagne siteSur place, tout est sombre. Le feu a laissé des traces sur plusieurs kilomètres. Les arbres et les herbes hautes, qui étaient si beaux sur le chemin, sont ici réduits en cendres. A nos côtés, le prêtre et le maire regardent tristement les champs de leurs villageois pour la énième fois. Les cultures sont décimées. Et pourtant, ils ne semblent pas en colère. Ils ne se révoltent pas mais appellent à l’aide. Ils veulent y arriver et sont convaincus, qu’avec de l’aide, les plantations renaitront de leurs cendres. Ce sont des personnes fortes dont l’espoir ne faiblit pas mais avec une grande humilité, nécessaire pour demander de l’aide.

SOS Chrétiens d’Orient a répondu à leur appel. Pour que les habitants puissent replanter au plus vite, ils ont besoin de plants d’olivier, de vignes et de pommiers. Et pour les accompagner au mieux, les volontaires passeront régulièrement pour voir l’avancée du projet et soutenir les habitants.

Ce projet d’une valeur de 10.000 euros, permettra de reconstruire l’économie de la Syrie, alors dès maintenant, soutenez les Syriens. »

Joséphine, volontaire en Syrie.