Actualités

Egypte - Un premier repas équilibré dans la nouvelle cuisine de l’école de Marlène.

News - 04/09/2020

Deux semaines avant la rentrée de septembre, Marlène et ses élèves accueillent dans leur école, située au cœur du bidonville d’Ezbeth El Nakhl, les volontaires de SOS Chrétiens d’Orient pour inaugurer leur nouvelle cuisine.

« Mon entrée dans le bidonville d’Ezbeth El-Nakhl est assez chaotique : le tuk-tuk qui nous emmène nous balance de droite à gauche sans ménagement, et chaque petit dos d’âne est l’occasion d’un vol plané. Malgré son inconfort, le tuk-tuk reste pour moi une des meilleures expériences de ce bidonville, et n’a rien à envier aux auto-tamponneuses.

L’odeur du bidonville me prend à la gorge dès que je pénètre ses petites ruelles, et je mets illico mon masque, tant contre le coronavirus que pour tenter d’échapper aux relents des détritus qui recouvrent le sol.

Je saute hors du tuk-tuk, soulagée de retrouver la terre ferme et passe le porche de l’école de Marlène.

Je monte les escaliers recouverts de fresques bibliques, souvenir du travail des anciens volontaires. Mes narines s’emplissent d’une odeur de poivrons, de poulets grillés et d’épices qui me font saliver. Je pénètre dans la cuisine où une tripotée d’enfants joue au chef cuisinier ! Sous le regard attendri mais exigeant de Miss Marlène, responsable de l’école d’Ezbet El-Nakhl, ils apprennent à couper et à cuire des légumes, de la viande. La cuisine est resplendissante, après neuf mois de travaux elle vient finalement d’être remise à neuf pour 9.500 €, financés par les donateurs de l’association.

sos chretiens orient egypte cantine miss marlene ecole ezbet el nakhlJe pose sur la table mes deux sacs remplis de nourriture, et devant le regard circonspect de Marlène je la rassure tout de suite sur la nature du contenu : ici, aucune malbouffe n’est acceptée et les sacs ne contiennent que des fruits. Dans un pays où un tiers de la population est en surpoids, apprendre à manger équilibré est le véritable défi de cette cantine.

Je sors une par une les différentes variétés de fruits tout en épelant leur nom pour permettre aux enfants de répéter. Une fois fini, les enfants récitent le « Notre-Père » aussitôt enchaîné par le « Je vous Salue Marie ». Je mets quelques secondes à reconnaitre ces grands classiques devant leur accent à couper au couteau, mais si touchant…

C’est maintenant l’heure de passer à table. Je me mets dans la file que forment les enfants pour attendre moi aussi mon tour d’être servie. Avant de commencer à manger, plusieurs enfants témoignent un par un de ce qu’ils ont appris aujourd’hui :

 « Avant, je ne savais rien cuisiner, maintenant je sais tout cuisiner ! »

« Je ne savais même pas que le sucre était à l’origine des problèmes de diabètes et d’obésité ! Maintenant j’essaie de réduire mes quantités. »

« J’ai appris à manger avec sagesse, à ne pas abuser de certains aliments. »

sos chretiens orient egypte ecole ezbet el nakhl miss marleneA côté de moi, un garçon de douze ans tient sa cuillère de travers, je la lui prends délicatement des mains pour lui montrer comment la tenir correctement. C’est la dernière fois que les enfants ont le droit de manger à la cuillère, les prochaines fois, manger à la fourchette sera obligatoire ! Je suis surprise de voir des enfants de douze ans apprendre des manières qui sont acquises dès le plus jeune âge en France.

Le repas s’éternise, j’ai fini mon assiette mais je suis bien la seule. Autour de moi, d’énormes quantités de nourriture remplissent encore les bols. Mais Marlène est intransigeante, première leçon du jour : ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre pour éviter le gâchis.

Alors que je m’étonne de voir les enfants réunis ici en plein mois d’août, Marlène m’explique : « même s’ils n’ont pas cours, je les invite à venir car, ici, ils ont la chance de manger gratuitement et équilibré et de ne pas travailler à trier les déchets toute la journée. » Elle leur donne ainsi une échappatoire à leur quotidien harassant. Ce repas gratuit quotidien donné aux enfants chiffonniers est financé par l’association à raison de 150€ par semaine pour 80 enfants. Soutenez l’association.

bouton faire un don

Lorraine, volontaire en Egypte.