Actualités

Carnet de bord en Syrie #9 - « J’ai rencontré une étoile syrienne à Alep. »

News - 19/01/2021

La guerre, les ruines, le deuil, la mort. Nombreux sont les Syriens à avoir perdu un proche ou à avoir vécu des épisodes traumatiques. Tous ont une histoire qui, pour un non averti, donne l'impression de se ressembler. Et pourtant il n’en est rien en réalité. Chacun porte ses blessures, ses morts, ses peines. Bien que peuple uni, ils sont seuls face à ce que la vie leur a pris. 

A Alep, les volontaires rencontrent régulièrement ces familles blessées, parfois abandonnées ou oubliées, souvent seules face à une histoire que personne ne comprendra jamais vraiment. Des bruits de bombes qui réveillent la nuit, des tirs de sniper qui frôlent la tête pour se ficher dans le mur, des corps déchirés dans un attentat à la bombe, etc. Ces visites ne laissent personne indifférent et sont l’occasion pour les volontaires de confronter leur réalité à celle d’un peuple qui a survécu face à des ennemis sanguinaires. 

Mais toutes les rencontres et tous les témoignages qu’ils recueillent ne sont pas source de tristesse et de désespoir car les Syriens sont forts et derrière leurs cicatrices se cachent un réel désir de ne pas abandonner, de se battre et de vivre malgré tout. Au courant du mois de novembre, Joséphine, volontaire à Alep, a fait la rencontre d’une jeune fille qui, par sa façon d'être, l’a profondément marquée. Elle vous relate cette visite inattendue. 

sos chretiens orient syrie famille syrienne et volontaires« A peine arrivés, le café et les petits gâteaux sont déjà sur la table. La générosité de nos hôtes est incroyable et donne une belle leçon d’humilité. Ils ont à cœur de tout faire parfaitement pour des personnes qu’ils ne connaissent même pas. Je n’ai que 18 ans, je ne fais rien d’incroyable, je viens juste évaluer leurs besoins et pourtant nous sommes reçus comme des princes. 

Alors que je bois le café, une petite fille rentre timidement dans la salle. Elle n’a pas trois ans ! Ses yeux pétillants, étonnés et pleins de vie nous scrutent. En même temps, elle ne voit pas beaucoup d’étranger. Doucement, sans faire de bruit, elle s’assoie sur les genoux de sa grande sœur, qui nous raconte un petit peu son quotidien.  

« Il y a quelques années, je suivais les cours de guitare au bureau de SOS Chrétiens d'Orient ! Maintenant que je passe mon baccalauréat, j'ai tout mis en pause pour me concentrer sur mes études. » nous explique-t-elle tout en renouant les couettes de sa sœur. Sa mère tend les bras à la petite, la cajole tendrement en nous disant qu’elle craint pour l’avenir de ses enfants en Syrie

Le regard que pose la maman sur son enfant est rempli de bonheur, mais aussi de crainte. La petite ne comprend pas, mais elle embrasse sa mère. La famille est tout pour eux. Quoiqu’il arrive, ils restent soudés et fiers les uns des autres. 

Alors que la discussion se poursuit et que les parents nous racontent les horreurs qu’ils ont vécu pendant la guerre, la petite fille commence à s’agiter. Gênée, sa grande-sœur la reprend sur ses genoux pour soulager sa maman. Mais la fougue de sa jeunesse ne nous met pas mal à l’aise, bien au contraire, et nous leur signifons avec le sourire. 

sos chretiens orient syrie volontaire et syrienAvant de visiter ses grands-parents, qui habitent juste en face, nous prenons le temps de faire le tour de l’appartement et de noter consciencieusement chaque détail sur les dégâts éventuels et les besoins. 

La petite nous suit et finit même par me prendre la main. Sa maman me regarde et me dit : « elle s’appelle Stella ». Stella, l’étoile. Et c’est un peu ce qu’elle est dans cette famille, une étoile qui illumine dans le noir, qui met de la lumière, de la vie et de la joie.  

La fillette toute timide qu’elle était il y a une petite heure, disparaît, pour laisser place à une joie de vivre incroyable.  

Je la prends sur mes genoux et nous jouons avec les quelques coussins qui se trouvent devant nous. 

Stella, est une enfant jeune, innocente, qui n’a peur de rien. Elle grandi dans des conditions difficiles, elle n’aura certainement pas une vie sans embûches, elle devra se battre, mais sa fougue si particulière, peu d’adultes l’ont. Elle continue à me montrer la beauté de la vie, à me démontrer que le bonheur, nous le trouvons seul, par ce que nous avons, et non par ce que nous voulons avoir.

Les enfants me donnent les plus grandes leçons de vie. Je suis impressionnée et même un peu envieuse de leur pureté et simplicité. Ils ne se posent pas les questions qui nous préoccupent en grandissant. Ils ont confiance en la vie, en la providence. Je passe des moments privilégiés avec eux. Je n’oublierai pas ma rencontre avec Stella, ni sa joie de vivre et chaque fois que je serai confronté à un moment difficile, je repenserai à son innocence.

Bientôt, nous reviendrons visiter Stella et sa famille pour leur apporter un peu de réconfort et les aider dans leur quotidien. Grâce à vous, nous pourrons subvenir à leurs besoins et participer, à notre échelle, au renouveau syrien. Continuez à agir pour les Syriens.

bouton faire un don

Joséphine, volontaire en Syrie.