Actualités

Les jeunes filles égyptiennes du collège Saint-Vincent-de-Paul apprennent le français avec les volontaires.

FR - 06/03/2020

Chaque journée d’un volontaire en mission coûte à l’association 33€. En parrainant un volontaire, vous lui permettez de poursuivre ses activités au collège Saint Vincent-de-Paul. Les jeunes filles égyptiennes aux grands rêves comptent sur vous. Faites un don pendant le Carême.

***

Au Caire, les volontaires mènent une mission d’éducation auprès des 1220 jeunes filles du collège Saint-Vincent-de-Paul, un établissement scolaire chrétien catholique situé au cœur d’un quartier musulman. En plus d’une école, les bâtiments accueillent un dispensaire recevant environ deux cent cinquante patients par jours.

Construit en 1904, il est administré par la Congrégation des Filles de la Charité fondée par Saint-Vincent-de-Paul. Trois sœurs et plus de cent professeurs pour la plupart des « anciennes » enseignent à ces jeunes filles, du Jardin d’enfant à la Terminale.

« Le chemin qui mène au collège est bruyant et sale. Au fond, je suis habituée maintenant !

Au bout d’une rue se dresse un grand portail blanc dont proviennent quelques cris aigus qui contrastent largement avec les ruelles maussades qui nous entourent. Plus nous approchons, plus les cris sont distincts. Ce portail cache une cour de récréation à n’en pas douter !

sos chretiens orient egypte college saint vincent de paulDes dizaines de jeunes filles courent, jouent, rient sous le regard attentif des surveillantes. Un véritable ballet de couleurs défile sous nos yeux. Nous nous arrêtons un instant devant ce spectacle dans lequel de multiples uniformes gris, rouges ou bleus se mélangent.

Dans quelques minutes, c’est à ces jeunes filles que nous allons donner des cours de français !

Les bâtiments sont immenses : notre première mission est de trouver notre classe. Autant dire que c’est comme essayer d’obtenir le laissez-passer A 38 dans la Maison qui Rend Fou, une épreuve inoubliable des Douze Travaux d’Astérix !

Nous avalons les marches, arpentons les couloirs en long, en large et en travers avant de finalement trouver le saint Graal. « Les filles comprennent bien le français mais n’osent pas le parler », nous prévient le professeur. Seconde mission : faire s’exprimer ces jeunes filles. Cela semble simple mais c’est sans doute toujours plus facile à dire qu’à faire. Afin de favoriser un meilleur apprentissage, nous les séparons en deux groupes de 15 élèves.

Les filles sont très sages, très polies mais ne participent pas facilement. Nous étions prévenus ! Nous devons faire preuve d’une grande bienveillance pour les mettre en confiance, tout en insistant pour que l’une ou l’autre réponde à nos questions.

sos chretiens orient egypte cours de francais college saint vincent de paulLes langues se délient à mesure que les minutes s’égrènent. Au bout du compte, toutes cherchent à être interrogées.

Aujourd’hui, nous parlerons voyage et moyens de transport. L’avion, la voiture, le tuk-tuk… Lequel préférons-nous ? Nos jeunes élèves échangent de moins en moins timidement, dans un français presque parfait, sur leurs vacances, leurs découvertes et leurs impressions.

« Je rêve de visiter tous les pays du monde ! » m’interpelle l’une d’elle, les yeux brillants. « Paris, Londres, Rome, toutes ces capitales centenaires ! J’ai tellement entendu parler de la Tour Eiffel, Big Ben ou encore le Colisée. » Que de rêves, que de pétillements dans ses yeux si jeunes !

Après deux cours de 45 minutes, nous méritons bien une petite pause ! Ce n’est pas si commode que cela d’être professeur ! Nous sommes accueillis dans une pièce où sont disposés des plateaux sur lesquels trônent des tasses de thé et de café pleines. De la fenêtre, nous percevons les rires des jeunes filles et le son de la cloche qui invite à retourner en classe.

Le ventre plein d’un thé et de quelques biscuits, nous faisons la rencontre de nouvelles élèves aux rêves fous de voyage. Mariam a déjà voyagé en France, en Arabie Saoudite, au Nigeria et au Liban avec sa famille. Certaine fois pour quelques mois, d’autres pour quelques années. Âgée de dix ans, debout dans son petit uniforme rouge, elle nous décrit ses voyages avec des étoiles dans yeux, des souvenirs plein la tête.

Les cours passent trop vite à notre goût. Quel bonheur de voir toutes ces jeunes filles désireuses d'apprendre !

La matinée s’achève. Une petite s'approche de nous et un peu intimidée nous chuchote « Merci d'être venus, c'était un super cours. »

Que demander de plus ?

Chaque journée d’un volontaire en mission coûte à l’association 33€. En parrainant un volontaire, vous lui permettez de poursuivre ses activités au collège Saint Vincent-de-Paul. Les jeunes filles égyptiennes aux grands rêves comptent sur vous. Faites un don pendant le Carême.