Opération « une pièce pour une famille » : l’Eglise sollicite SOS Chrétiens d’Orient !

Face aux destructions causées par la guerre, le patriarcat grec-melkite catholique – entreprend de reloger les habitants des villages libérés par l’armée arabe syrienne. Pour réaliser cette tâche immense, Sa Béatitude Grégoire III Laham a officiellement sollicité notre association.


UN GRAND MERCI !
29/07/15 – En une semaine, nous avons déjà pu récolter de quoi reconstruire une maison. Grâce à votre générosité Youssef, Hala et leurs trois enfants ne passeront pas l’hiver sans abri !
10/08/15 – Deuxième tranche atteinte ! Une nouvelle famille va pouvoir être relogée.


Ce n’est malheureusement pas fini. Beaucoup de chrétiens ayant fait le choix de rester sur leur terre, sans céder à la terreur islamiste, restent dans le dénuement le plus total.
Nous avons remis le compteur à zéro pour rebâtir une nouvelle maison. Nous comptons sur votre soutien et n’oubliez pas : il n’y a pas de petit don. Chaque euro compte !

Beaucoup de familles ont dû fuir leur maison à cause des attaques terroristes qui ont eu lieu dans de nombreuses régions syriennes. Après la libération de plusieurs villes et villages, les maisons et les propriétés de beaucoup de ces familles ont été retrouvées partiellement ou complètement détruites.

Le patriarcat grec-melkite catholique, qui est la plus grande Église catholique en Syrie, aide ces familles de retour dans leur ville, principalement à Maaloula (dans la région de Damas) et dans l’archiéparchie de Homs (les villes de Homs, Yabroud, Qoussair, Rableh).

Ces populations ont longtemps été déplacées à l’intérieur de leur propre pays, vivant dans des maisons louées ou chez des parents, dans des villes telles que Damas, Latakieh ou Tartous… Loin de leur environnement, sans possibilité de trouver un emploi, ces familles survivaient essentiellement grâce aux subventions de l’Église et de celles des organisation humanitaires, telles que SOS Chrétiens d’Orient.

Maintenant que leurs villes sont libérées, nous souhaitons aider ces familles à reprendre pied dans leur village et leur domicile. Ainsi, ils pourront de nouveau être indépendants ; participer activement à la reconstruction de leur ville ; et vivre dans leur maison avec dignité, sans subir la crainte et la honte de ne pouvoir payer leur loyer.

Quand ces familles se réinstallent, elles peuvent reprendre leur travail – essentiellement dans l’agriculture. Reprendre une activité est primordial pour tous ces ex-réfugiés, afin de produire, d’avoir des revenus et d’alimenter le marché syrien.

Une fois ces familles de retour, la subvention qu’ils recevaient pourra être utilisée dans un autre but et leurs hôtes seront soulagés d’un fardeau devenu très lourd après des années d’hébergement. Les villes surpeuplées qui ont reçu les familles déplacées pourront elles aussi profiter du retour des réfugiés dans leur propre ville.

Afin de rendre possible ce retour, ils ont besoin d’une aide initiale pour réparer au moins une pièce de leur maison et la rendre de nouveau viable. L’opération de reconstruction est prévue sur une durée minimum de six mois, mais ces familles sont déterminées et enthousiastes à l’idée de retrouver leur maison dans leur ville d’origine !  C’est pourquoi le Comité d’aide du patriarcat a décidé de soutenir ce projet en fournissant à chacune des familles une aide financière et morale, ainsi qu’un soutien logistique.

A Maaloula, le comité surveillera la mise en place des programmes. A Homs, en collaboration avec l’archevêque Jean-Abdo Arbach, le patriarcat supervisera la mise en œuvre des reconstructions. Une évaluation initiale des besoins estime à 6.000 euros en moyenne le coût de la réparation d’une pièce, pour une famille. Il s’agit généralement du salon ou de la cuisine. Le comité aidera les habitants à obtenir les meilleurs prix et les mettra en contact avec des agents de reconstruction. La subvention sera donnée à chaque famille sur présentation de factures certifiées et après observation du progrès global de la reconstruction.

Les inscriptions des familles qui veulent retourner dans leur ville d’origine sont déjà en préparation et les formulaires seront envoyés à la demande. Pour Maaloula, nous avons déjà une liste de 20 familles. Pour le diocèse de Homs, environ 200 familles ont besoin de cette subvention de base pour se réinstaller chez eux.

Le 22 mai, le patriarche grec-melkite catholique, Sa Béatitude Grégoire III Laham, a officiellement rendu public ce grand projet et nous a fait l’honneur de solliciter SOS Chrétiens d’Orient pour l’aider à le financer. Nous vous en dirons plus prochainement sur ce partenariat extrêmement important, qui récompense l’action menée par nos volontaires et donateurs, sur le terrain comme en France.

Objectif : 6.000€ (par tranche)
92

 

> Par Pay-pal





> Par chèque

Si vous souhaitez que votre don soit utilisé pour l’opération “Alep à soif”, merci de nous le mentionner.

à l’ordre de SOS chrétiens d’Orient 97 rue de Tocqueville 75017 Paris


> Par virement

Si vous souhaitez que votre don soit utilisé pour une mission précise, merci de nous le mentionner.

IBAN FR76 3000 3030 5200 0505 4451 121 BIC SOGEFRPP.

 

Un don à SOS chrétiens d’Orient ouvre droit à un reçu fiscal. Vous pouvez ainsi aider des actions concrètes au service de communautés qui souffrent en ne dépensant en réalité que 33% de la somme que vous versez. Un don de 50 € en vous coûte en réalité que 17 €, un don de 100 € ne vous coûte que 34 € ou un don de 1.000 € ne vous coûte que 340 €.

©2014-2015 SOS Chrétiens d'Orient par DFCOM ...

User Login
Don't have an account? Create one now!